MOUVEMENT NKUL BETI
Mobilisation
Les hommes et femmes d’honneur - On a toujours un choix, celui d’agir pour son honneur
Source, auteur, copyright
© Maurice Ze
Il suffit donc de rien pour participer à l’édification du monde, me dis-je ? Il suffit donc de rien pour se retourner contre l’illusion matérialiste qui nous handicape tout au long de notre vie ? Afin de mieux voir et comprendre ce qui nous agasse et nous préoccupe tous, nous avons parfois besoin de porter les luttes d’honneur. Il est de ce fait important de se pencher sur la question d’honneur et ses facettes.
     Date de publication: 18-04-2011   05:31:16
Que faire si subitement on constate que nous ne sommes pas utile dans ce monde ? Que faire lorsque nous avons le sentiment d’être vaincu malgré tous les efforts entrepris pour un peu de gloire ? La réponse est simple, « une question d’honneur ». La plus grande sagesse que j’ai reçu de mon père est celle-ci : « un homme ne se laisse pas marcher sur sa tête ». Cette sagesse qui a des allures révolutionnaires et de rébellion ne l’est pas totalement. Laissez-moi vous dire qu’« un homme ne se laisse pas marcher sur sa tête » nous pousse aussi à prendre des décisions qui servent à la société sans toutefois tout casser. Il s’agit là d’une sagesse qui nous fait comprendre que, quelque soit la situation que nous vivons, nous avons toujours le choix d’en faire autrement et voire même très positivement. Personnellement, on peut tout me prendre, on peut tout m’arracher, la société peut me poser toutes les embuscades possibles, mais il me restera toujours un minimum de dignité qui me poussera à me créer un autre choix, une alternative d’agir autrement afin de préserver le « petit honneur » qu’une personne a besoin pour se sentir utile dans ce monde. Pour aller plus loin, je dirais que « les pauvres sont responsables de leur pauvreté », « l’Afrique est ce qu’elle est aujourd’hui parce qu’elle l’a voulu », « la situation des ekang au Cameroun n’est pas le résultat d’une malédiction, c’est le fruit de nos propres actes », « je suis le fruit de mes choix ».

La vie avec toutes ses difficultés tourne autour de la préservation de l’honneur dans toutes ses différentes facettes. Maintenant existe-il un moyen de quantifier ou de qualifier l’honneur ? Avons-nous vraiment les moyens de savoir exactement qu’on a réussi à défendre notre honneur ? Et finalement, l’honneur n’est pas facile à définir dans ce monde caractérisé par le dynamisme. Une question d’honneur peut paraître comme une illusion dans la mesure où beaucoup d’entre nous vivent même dans une illusion, ils définissent le monde à travers le matérialisme. Ils sont nombreux qui assimilent l’honneur, le respect au monde matérialiste. Pour certains, l’honneur c’est avoir assez de matériel, assez d’argent. La conduite de certaines personnes nous amène à croire que, c’est ce qui « visible » qui apporte du respect mais malheureusement aussi des abus, des mécontentements … nous le disons donc tous que l’argent et le matériel sont à la source de tous les problèmes de ce monde. L’honneur matérialiste, cette illusion qui a envahit le monde africain et qui conditionne tant notre vie, nous rend incapable de constater les vrais problèmes autour de nous, pourtant il suffit parfois de voir au-delà de ce « fameux gâteau matérialiste, objet de toutes les disputes mondiales » pour comprendre qu’on peut défendre notre honneur à d’autres niveaux.

Si aujourd’hui les grands milliardaires américains sont prêts à donner au moins la moitié de leur fortune pour une cause sociale, alors nous sommes appelés à revoir la conception de l’honneur et du respect. Bill Gates, le fondateur de Microsoft crée en 2000 « Bill and Melinda Gates Foundation », qui apporte son aide à des populations des pays pauvres, en matière d’éducation et de santé. Voilà un acte où on parle du « vrai honneur », voilà un milliardaire qui prend conscience des vrais problèmes du monde et agit pour défendre son honneur. Une question d’honneur n’est pas seulement une question de tout avoir, de tout confisquer, tout monopoliser, se sentir supérieur par à son prochain, avoir des villas en Europe etc. Ce n’est pas parce que je roule dans une grosse mercedes que les gens me respectent vraiment. Les Africains qui ont toujours une façon bizarre de percevoir leur existence sur terre, n’ont pas malheureusement pas aussi compris ce que c’est que l’honneur et le respect. Et sont nombreux parmi les africains qui ne savent pas comment l’honneur et le respect se gagnent.
Les Africains en veste et cravate, roulant en gros carrosse, intimidant la population à travers leurs allures, vivent dans une illusion matérialiste. Les hommes et les femmes d’honneur ne se reconnaissent pas à travers les avoirs bancaires, les maisons, les garde-robes etc. C’est à travers le mérite social ou la participation à la bonne construction du monde qu’on reconnaît les hommes et les femmes d’honneur.

Il est donc important de se poser la question, en quoi consiste le vrai honneur ? Je vais jusqu’à demander, où sont passés les hommes et femmes d’honneur ekang ? Si nous sortons du cadre matérialiste, pourquoi les braves hommes et femmes ekang ne sortent pas de l’isolation « voulue » pour saisir le monde à travers des actes plus humains ?

Si un jour nous nous replions sur nous-mêmes, si un jour nous avons l’impression que nous ne sommes pas utile parce que le monde matérialiste nous échappe, alors nous devons porter des lunettes qui nous guideront, nous devons voyager au-delà de nos échecs matérialistes afin de comprendre que le « vrai argent » et le « vrai matériel » sont une question d’esprit. Je serais personnellement plus heureux, si un jour je donne des moyens d’organisation à des familles ne subvenant pas à leurs besoins. D’aucuns diront naturellement que les moyens d’organisation supposent de l’argent et du matériel. Ce qui n’est pas vrai, savoir écouter les gens, donner des conseils, utiliser son savoir-faire, partager le minimum qu’on dispose etc. nous montrent effectivement que chacun est utile dans ce monde matérialiste. Chacun de nous devrait se définir une mission de participation à l’édification d’un monde meilleur pour préserver son honneur.

Mêmes les plus pauvres ont ce devoir défendre leur honneur en évitant de sombrer totalement dans le désespoir.
Les pauvres, ceux ou celles vivant dans des conditions extrêmement difficiles sont appelés à s’organiser autrement en commençant par le regroupement car ce n’est qu’ensemble qu’on devient fort. Une question d’honneur pour les pauvres nous amène à comprendre que l’esprit collectif occupe une place centrale pour faire face à certains problèmes. Que les pauvres forment des alliances entre eux pour défendre leur honneur, que les pauvres cessent de se lamenter et qu’ils remettent enfin l’organisation de leur vie entre leurs mains. Que mes propos ici ne suscitent pas d’autres formes d’interprétation, je fait parti de la classe des pauvres , mon esprit est seulement noble et c’est esprit qui me permet de résister à la pression immense venant des protagonistes de l’illusion matérialiste.

En général, les riches, les pauvres, les pays, les continents se disputent la question d’honneur. C’est un éternel combat qui parfois dote le monde de la perfection. Les écologistes par exemple luttent pour protéger l’environnement, c’est une question d’honneur, celle que nous souhaitons. Les pays occidentaux bombardent partout dans le monde pour se procurer de nouveau marchés de construction, c’est aussi une question d’honneur pour eux. Naturellement que cette forme n’est pas celle que nous souhaitons, mais leurs actes préservent un certain ordre mondial. Les protagonistes de cette forme d’impérialisme parlent d’une question d’honneur.

La diaspora ekang est aussi face à une cette question d’honneur, il faudra qu’elle se demande si elle a vraiment épuisé tous les moyens qui sont à sa disposition pour assumer sa responsabilité. Une question d’honneur pour la diaspora nous ramène à ce constat « honteux » que les ekang n’ont pas réussi à mettre sur pied un cadre de promotion et de soutien pour ses membres et pour ses localités en Afrique.
Si jusqu’à présent la diaspora ekang a failli dans l’action de regroupement, si jusqu’à présent nous avons choisi le chemin de l’isolation et « renier » notre existence au niveau de la diaspora, alors le temps de réorienter les choses sur une bonne voie ne devrait plus nous laisser indifférent.

Le Mouvement Nkul Beti dans toutes ses facettes est d’une question d’honneur. C’est l’heure de l’émancipation où les gens sont appelés à montrer le bon exemple - c’est l’ultime défi pour préserver l’honneur de tout un peuple.

Pour une question d’honneur, portons des lunettes pour mieux voir et comprendre le monde autour de nous. « Le peuple ekang ne doit pas se laisser marcher sur sa tête »
   Commentaires
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
Macange Ngaska  19-04-2011   /01:42:25 | Malgré l'immensité de sa richesse intellectuelle
Il y a quelques semaines, je me suis heurtée à un mur, une situation incompréhensible.

N'étant pas de bonne guerre de citer les contemporains, je me limiterais donc à la citation de leurs propos: à la question ou à mon souhait de former un COLLECTIF d'artistes pour une cause sociale, beaucoup de mes confrères me répondaient:" quel serait le cachet?", "dans quel monde d'illusion vis-tu?"...etc!
Voilà donc comment notre intégrité morale partit des cimes pour tomber dans les abîmes, laissant l'ARGENT s'emparer de toutes les sphères d'honorabilité!

Dans nos propres familles, il est bien plus facile aujourd'hui d'abreuver le plus jeune des enfants de tous les honneurs dus au rang de ceux ayant traversé les "frontières, les mieux nantis financièrement, fussent-ils derniers des bouffons que d'accorder le moindre respect au pauvre aîné qui aura eu le malheur(malgré l'immensité de sa richesse intellectuelle) d'appartenir au club des "pouilleux sans-argent"!!!
Mais n'oublions pas une chose: on n'est riche que de son coeur et de sa conscience, alors à chacun de choisir son credo!Même si Jean Racine disait: "Sans Argent, l'honneur n'est qu'une maladie."
 
charles louis Ewodo  18-04-2011   /15:01:36 | Opinions
J'ai été très touché de part la profondeur de votre pensée sur l'honneur .cher Frère et compatriote, voulant s'exprimer sur ce sujet si important de la définition en soi même des problématiques de notre existence et appréciation de l'homme et citoyen dans notre société . vis avis du Matériel en termes de bien et tout aussi autre possession civiques; spirituelle;et culturelle qui valorise au plus et mieux la dignité et la valeur intrinsèque de l'humain il est important d'y faire un point et de réellement reconsidérer, ce donc nous véhiculons et valorisant dans nos cadres de vies . dans le Monde Capitaliste et Matérialiste d'aujourd'hui.
 
Ayissi Le Duc  18-04-2011   /08:52:07 | Les hommes et femmes d'honneur
Les hommes et femmes d'honneur par excellence , ça se mérite selon son état intellect ou intellectuel . L'honneur vient des valeurs étiques que nous manifestons . Quand on est riche d'esprit , on est honoré intérieurement et part les autres . L'honneur ne s'achète pas , l'honneur est un pouvoir habité et manifesté par des dons . Et le matériel n'est qu'une nécessité , un complément . L'honneur va avec ses petits ou grand moyens . L'honneur , c'est un état de vie équilibré , compréhensif . La connaissance est un honneur habité , et l'ignorance est un enfermement qui déshonore .
 
Autres Liens Internet
1.  Télécharger cet article
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Maurice Ze
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
Le peuple ekang
Le peuple ekang se retrouve aujourd’hui au Cameroun, au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo, à Sao-Tomé et Principe, en Angola et dans la diaspora. « On parle d’environ 12 à 14 millions d’hommes et de femmes unis par une histoire, un parlé différent d’une langue la nuance est nécessaire ici, une cuisine, des us et coutumes qui leur sont propres et les différentient des autres peuples bantou. »
TOP VIDEO
Récit Mvett ALUM NDONG MINKO du maître-conteur MVOMO EKO BIKORO
NOS PARTENAIRES

Warning: mysql_free_result() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/qwlipmay/nkul-beti-camer.com/ekang-global-revue.php on line 3125

Warning: mysql_free_result() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/qwlipmay/nkul-beti-camer.com/ekang-global-revue.php on line 3129