MOUVEMENT NKUL BETI
Mobilisation
La voie de l’émergence économique ekang vue par le Mouvement Nkul Beti
Source, auteur, copyright
© Maurice Ze
2013, une année d’espoirs qui sera certainement aussi plus difficile que 2012. Toutefois, nous vivons de notre conviction et c’est pour cette raison que nous consacrons ce premier article de l’année à l’émergence économique ekang. Un thème qui selon nous est aussi important que le leadership ekang et le rassemblement culturel.
     Date de publication: 15-01-2013   08:25:34
Le gouvernement camerounais parle d’émergence en 2035, on dirait une science-fiction ou un vœu qui se trouve très loin de nous et qu’on ne vivra jamais. Pourtant, il faut saluer l’effort du gouvernement camerounais de rêver au moins d’une émergence économique qui pourra aussi avoir des répercussions positives sur le peuple Ekang du Cameroun et des environs. Mais pour des raisons multiples, nous préférons parler d’une émergence économique propre aux Ekang et accentuons notre campagne de mobilisation sur celle-ci.

Avons-nous une date fixe qui nous permettra d’évaluer si le peuple concerné ici aura atteint ce qu’on attend de lui économiquement ? C’est impossible de fixer cette date. Plus important, le Mouvement Nkul Beti (MNB) se penche sur les conditions sine qua non ou alors sur les grands aspects qui favoriseront cette émergence. Comme d’habitude, MNB ouvre un débat pour poursuivre ses activités de sensibilisation concernant le développement du peuple ekang face à un monde régi par de perpétuels changements. Le peuple ekang ne saurait rester indifférent aux transformations économiques locales et mondiales.

En fait, nous avons déjà suffisamment présenté ce qu’il y a à faire pour que le peuple ekang devienne actif dans le domaine économique. De nos jours, c’est l’économie qui fait notre quotidien. Il est par conséquent important de sortir du cadre culturel et politique pour appréhender le monde avec d’autres instruments. Il est important que le peuple ekang « pénètre » tous les domaines économiques. Bien que ce souhait, de devenir subitement de grands industriels ou d’avoir des entreprises multinationales et technologiques, nous anime de plus en plus, toute édification d’une grande œuvre se doit être pensée. La marche vers l’émergence économique ekang ne tombera pas du ciel, elle mérite un plan et des actions concrètes. Pour l’heure, le Mouvement Nkul Beti introduit ses amis et le public qui nous suit attentivement dans cette nouvelle thématique, et en même temps MNB fait des propositions qui favoriseront le début d’une émergence économique ekang.
1
Une tribune pour les nouveaux leaders
En observant l’évolution du monde, nous arrivons à la conclusion que la société ekang doit elle aussi évoluer pour mieux s’adapter aux nouvelles exigences du monde. Si nous nous référons au cas du Cameroun, nous comprenons automatiquement qu’une nouvelle époque se doit être lancée pour construire la société avec des modèles nouveaux. Cette nouvelle époque ne peut voir le jour que si et seulement si on met l’accent sur la naissance d’une nouvelle classe de personnes : les nouveaux leaders.

Les nouveaux leaders doivent sortir de l’ombre pour faire usage de leur vitalité. La société ekang a besoin de cette vitalité pour se moderniser. Les nouveaux leaders qui vivent « caché » ont le devoir social de devenir plus actif pour faire naitre l’élan nécessaire à une émergence économique. La nouvelle classe de personnes dont il est question ici représente en principe la jeunesse qui se doit s’approprier les instruments modernes et les offres d’un monde en pleine mutation pour prendre en main les problèmes de la société ekang. Nous devons évoluer avec le temps et la question de l’heure est la formation d’un nouveau leadership ekang mené par la jeunesse qui est plus apte à comprendre l’évolution du monde contemporain.

Notre devoir est donc de promouvoir de nouvelles figures ayant la volonté du sacrifice et l’ambition de créer un monde nouveau avec des valeurs associées à l’utilisation de la technologie, car nous voyons aujourd’hui que tout tourne autour de la technologie. Dans le cadre du Mouvement Nkul Beti, avec nos modestes moyens, nous faisons la promotion des individus et nous soutenons toute personne ambitieuse vivant de ce désire continue d’apporter sa contribution à l’amélioration de notre société.

Nous l’avons déjà dit, la société a besoin de connaître ses hommes et femmes de valeur, ses intellectuels ou non, ses politiciens, ses paysans, ses fonctionnaires, ses stars et tous ses autres enfants, lesquels travaillent nuit et jour pour que nous puissions évoluer ensemble positivement. C’est pourquoi la promotion des individus est très importante, pour la simple raison que nous devons être en mesure de donner la tribune qu’il faut à tous ceux qui déploient des efforts pour le bien et le bien-être de tous.

Le Mouvement Nkul Beti évolue dans cette optique pour soutenir l’émergence économique ekang. Ce mouvement voudrait « installer » les nouveaux leaders et donner à ceux-ci les moyens d’émancipation ou d’atteinte à leurs ambitions. Le fond de notre travail sur ce plan consiste à faire le nécessaire possible pour que les plus ambitieux ou les personnes ayant des objectifs puissent avoir un cadre optimal d’encadrement. Compte tenu de nos moyens et ressources très limités, nous ne pouvons agir ici que d’une manière restreinte.
2
Les rapports entre la nouvelle garde et la vieille garde
Tout changement important dans une société apporte généralement des problèmes qu’il faut gérer. Il y a les profiteurs et les non-profiteurs du changement. La société africaine telle que nous la connaissons n’encourage pas vraiment le modernisme : les conservateurs ou les non-profiteurs du changement vont s’opposer aux modernisateurs ou profiteurs du changement. Dans le cas de l’émergence économique ekang, il est important que les anciens (vielle garde) cèdent la place aux nouveaux leaders (nouvelle garde). Comment gérer donc cette succession est l’une des questions importantes qui mérite une réponse ou une approche explicative.

A notre avis, on ne peut pas totalement s’en passer de la vielle garde, les nouveaux leaders ont besoin d’eux pour gérer efficacement la succession. Vers le chemin de l’émergence économique ekang, le rôle de la vielle peut se présenter différemment mais il important de comprendre que lorsqu’on parle de succession, ceux qui « dirigeaient » ne peuvent plus diriger. Ce sont les nouveaux leaders qui deviennent maintenant des « dirigeants ». Etant donné que nous parlons d’émergence économique, ce n’est pas une question de changement politique ici, il est plutôt question de laisser par exemple les jeunes diriger les associations, les entreprises. Le problème de succession ici, qui aux yeux de beaucoup de personnes sera vu comme un appel au renouvellement de la classe politique, n’est qu’une manière de faire comprendre la vieille garde qu’elle a désormais un rôle d’encadreur ou de coach.

La vieille garde doit jouer le rôle de conseiller, de facilitateur ou d’investisseur. Les nouveaux leaders sont ou seront confrontés aux problèmes réels tels que : le financement des projets, la recherche des contacts appropriés, l’intermédiation, la recherche des conseils techniques, la recherche des clients, etc. En fait, la succession ne voudrait pas dire qu’on isole les anciens, ils obtiennent toujours des devoirs mais dans le but de soutenir efficacement la nouvelle classe qui s’installe.

Voilà comment le Mouvement Nkul Beti voit le rapport entre les anciens qui doivent céder leur place et les nouveaux qui prennent la commande. Ce qui est évident c’est que dans la société ekang, les anciens cèderont difficilement leur place. Donc il revient aux nouveaux leaders de ne pas capituler devant le conservatisme. Il faut vaincre le conservatisme en utilisant une approche plus compétitive et innovatrice. Ceci nous ramène à la création des outils de l’émergence économique.
3
La création des outils de l’émergence
Comme nous venons de le souligner, les nouveaux leaders doivent « forcer » la succession à travers la création des outils de l’émergence économique.

Lorsqu’on analyse à fond ce qui se produit autour du Mouvement Nkul Beti (MNB), on arrive à la conclusion que MNB constitue un outil de l’émergence économique ekang qui vient avec une idéologie progressiste et moderniste. Malgré toutes les « hostilités » qui visent ce mouvement, MNB évolue et fait son chemin. Le conservatisme n’a aucune chance pour ce stopper MNB. Donc voilà une grande leçon ou un exemple qui nous montre qu’à travers la créativité, la discipline, le sacrifice et le savoir-faire, on arrivera au bout du tunnel c’est-à-dire qu’un jour on parlera de l’émergence économique ekang.

C’est quoi finalement un outil de l’émergence économique ? Si MNB représente un outil de l’émergence, nous pouvons en déduire d’une manière simple que toute initiative susceptible de créer des valeurs profitables à l’économie ekang représente aussi un outil. Il faudra toutefois donner plus de valeurs à tout outil fédérateur ou promoteur du rassemblement ekang. Car c’est en rassemblement qu’on arrivera rapidement à une émergence économique. Pour les macroéconomistes et pour ceux qui s’y connaissent dans les « jeux des stratégies économiques », si on réussit à unifier ou à rassembler le peule ekang, on créera automatiquement un marché important avec au moins 12 millions de consommateurs.

La question fondamentale ici est celle de savoir comment s’orienter pour créer un outil de l’émergence économique. Il nous est arrivé à plusieurs reprises de montrer comment la diaspora ekang peut soutenir effacement le développement en Afrique. En effet les champs d’action sont multiples, entre autres :
  • Développer des structures locales dans les régions ekang.
  • Entrer dans les partenariats et donner une valeur au rôle des organismes internationaux.
  • Soutenir le transfert du savoir.
  • Soutenir le transfert de technologie et des infrastructures.
  • Développer des services bénéficiant des effets de la mondialisation.
  • Repenser les mécanismes de transfert d’argent et d’acquisitions des moyens financiers.
  • Internet au service du développement.

Pour y arriver, les Ekang doivent apprendre à se regrouper efficacement à travers des associations. C’est important de se regrouper parce que les mécanismes de fonctionnement des fonds internationaux nous exigent à le faire - il faut créer des cadres juridiques pour profiter au maximum des financements qui proviennent des états, des fondations et d’autres formes d’organismes. C’est important de se regrouper parce que nous accédons facilement aux infrastructures, nous pouvons facilement signer des coopérations etc. A travers un regroupement juridique, nous gagnons une marge de crédibilité et le travail devient plus professionnel.

La voie du regroupement à travers des associations n’est pas le seul moyen pour créer un outil de l’émergence économique ekang. Même à travers des activités rentables ou au sein d’une entreprise à but lucratif, on peut donner un coup de pousse à cette émergence.

Le plus important selon nous est le modèle d’activité qu’on met sur pied, et surtout son impact au niveau du développement.
4
Les propositions du Mouvement Nkul Beti
Bien que MNB soit un outil de l’émergence économique ekang, ce mouvement a des projets qui constituent aussi des outils.

FIE : Forum International Ekang
FIE constitue une plateforme d’intégration économique et sous régionale en Afrique. FIE veut créer un marché où les opérateurs économiques (entreprises, associations, ONG, MSF, coopératives, porteurs de projets, activistes, chercheurs, stars, célébrités, etc.) se retrouveront ensemble pour diffuser leurs produits, présenter les projets, nouer des contacts, soutenir les projets, débattre les problèmes de développement, parler de carrière, célébrer la culture ekang etc.

FSD : Fond social de développement
Le fond social de développement est animé par un aspect moral qui demande aux Ekang à s’engager pour le développement durable. FSD une institution financière qui va servir uniquement au développement.

CMNB : Centre du Mouvement Nkul Beti
Le CMNB est un endroit de rêve, de grandes visions, de créations et d’innovations. Ce centre a pour objectif principal de créer un cadre adéquat de travail dans lequel les grandes idées et projets de MNB verront le jour. Il coordonnera toutes les activités locales et s’impliquera directement sur le terrain.

SBI : Social Business Incubator
SBI représente un projet social tout innovateur caractérisé par un partenariat d’entraides. L’idée liée à cette promotion se décrit comme suit : une personne, une association, une entreprise etc. reçoit de MNB de l’aide nécessaire pour atteindre ses propres ambitions. Cette aide se manifeste entre autres par la mise à disposition des infrastructures, le consulting, la recherche des partenaires, la mise sur pieds des canaux de distributions etc.

CAREK : Collectif des artistes ekang
CAREK se propose de devenir un instrument effectif qui agit sur le plan culturel et commercial, afin de valoriser la culture ekang à travers l’internet, la musique, le théâtre, le cinéma, la comédie, la peinture.

Pour plus d’informations, consultez le site www.mouvement-nkul-beti.com

The Independent
   Commentaires
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
Autres Liens Internet
1.  Télécharger cet article
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Maurice Ze
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
Le peuple ekang
Le peuple ekang se retrouve aujourd’hui au Cameroun, au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo, à Sao-Tomé et Principe, en Angola et dans la diaspora. « On parle d’environ 12 à 14 millions d’hommes et de femmes unis par une histoire, un parlé différent d’une langue la nuance est nécessaire ici, une cuisine, des us et coutumes qui leur sont propres et les différentient des autres peuples bantou. »
TOP VIDEO
Récit Mvett ALUM NDONG MINKO du maître-conteur MVOMO EKO BIKORO
NOS PARTENAIRES

Warning: mysql_free_result() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/qwlipmay/nkul-beti-camer.com/ekang-global-revue.php on line 3125

Warning: mysql_free_result() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/qwlipmay/nkul-beti-camer.com/ekang-global-revue.php on line 3129