MOUVEMENT NKUL BETI
Mobilisation
Ma prière adressée aux riches de KONDENGUI !
Source, auteur, copyright
© Maurice Ze
Mes chers compatriotes de KONDENGUI, c’est au jour le jour que votre état de richesse et de fortune me préoccupe. En fait, il m’est arrivé en idée de voir dans quelle mesure je peux vous être utile, afin de mieux gérer les fonds que vous détenez. Tout d’abord, je vous rassure que je porte une veste blanche, « je suis blanc comme neige » comme un de vos compatriotes qui jouit encore de sa liberté l’a signifié tout dernièrement, bien que dans ce pays chacun de nous, quelle que soit la profondeur du trou dans lequel il se cache, n’a aucune garantie d’être « non éperviable ».
     Date de publication: 05-12-2012   14:30:11
Malgré votre départ pour KONDENGUI, l’épervier plane toujours sur toute la population. Est-ce votre faute ? En ce moment je suis en sécurité et à l’abri de la nouvelle vague de cette opération. Les mauvaises bouches disent qu’il s’agit là d’une action secrète et discriminatoire dont le but est de rajeunir la classe politique camerounaise qui souffre de vieillissement. Il faut quand-même le dire ici, vos camarades encore en liberté ont formé des petites monarchies et voudraient bien régner jusqu’à leur dernier souffle.

Dans ce Cameroun où on s’apprête à nommer une femme comme « PUBLIC PROTECTOR » à l’exemple d’Afrique du Sud, je me suis dit que ce serait très honorable de ma part de vous dévoiler mon secret pour mieux protéger vos avoirs et comptes bancaires.

Il faut savoir que je jouis encore de ma liberté pas parce que je me suis converti au bouddhisme, détrompez-vous ! D’ailleurs je n’ai aucune information sur l’existence du bouddhisme dans notre cher pays, sinon les chasseurs de sectes auraient vite fait de se rallier à cette religion pour mieux combattre l’ennemi commun. Je ne peux non plus être de la franc-maçonnerie comme la plupart des seigneurs des 30 dernières années, vos amis ? NON. On vous aurait certainement informés que la franc-maçonnerie se trouve en ce moment dans l’œil du cyclone, une chasse aux francs-maçons organisée et pilotée par un de vos camarades et les autorités religieuses.
Je fus un enfant de la mission catholique d’AKONOLINGA mais très tôt, j’ai commencé à avoir mes difficultés avec les catholiques. Retenez quand-même que je jouis encore de ma liberté dans ce Cameroun grâce à la doctrine et aux méthodes pratiquées à mon époque par cette mission. En effet, les enfants de la mission catholique d’AKONOLINGA apprenaient tous les matins l’un des fondements du patriotisme camerounais, à savoir « ne jamais détourner l’argent des contribuables ».

Un musulman comme certains de vous, je ne le suis non plus. Pourtant mes amis d’enfance furent musulmans. Le vaudou pratiqué par les Africains n’est non plus mon « gombo ».

Je suis conscient que vous avez d’autres chats à fouetter à KODENGUI, donc je vais essayer d’être précis ici, toutefois j’aimerais savoir, si vous êtes déjà en train d’écrire vos mémoires. A mon avis, la « mémoire collective des riches de KONDENGUI » peut nous faire avancer démocratiquement dans ce pays, naturellement sans des passages qui dévoilent vos méthodes, lesquelles vous ont servis pour vous s’accaparer (in)justement de la fortune publique. De ce fait, ne rangez pas vos plumes et pensez à laisser des écrits aux citoyens camerounais, la moindre des choses que vous pouvez faire pour réparer les dégâts que vous avez laissés dans les caisses de l’état. Vous savez, reconvertissez-vous en bons écrivains malgré que certains apprentis sorciers de la littérature, ces néo-tribalistes, portent en ce moment atteinte à l’institution Mongo Beti.

Concernant le seigneur tout puissant, je ne crois pas être athéiste. En effet, je suis devenu entre-temps un très grand croyant. On m’aurait dit que bon nombre de riches, que vous êtes aujourd’hui, deviennent généralement de bons enfants de dieu lorsqu’ils atteignent le seuil de la vieillesse. Des années avant, ils sont d’abord actifs dans le maraboutage politique, voire même ils deviennent des adeptes des prières devant les cimetières. Ils créent la confusion politique, retirent le pays sa vitalité en dorlotant les chemins mafieux et mystiques et non de la compétence. Un moyen pour eux d’instaurer un « Cameroun non gagnant ». J’ai juste une petite question pour satisfaire à ma curiosité : aller chez les marabouts et prier devant les cimetières, une manière pratique d’acquérir la puissance que le père de la nation détient ? Il faut quand-même se demander pourquoi un seul homme réussit à vous envoyer tous vivre à KONDENGUI, sans moindre résistance même la vague des lettres de la dernière fois n’a servi à rien. Tout moyen de résistance est zéro devant l’homme fort du Cameroun !

Etant au service du seigneur tout puissant, j’espère que le père de la nation vous a au moins laissé cette liberté de pratiquer en toute tranquillité vos religions, bien qu’il convoite vivement vos avoirs et vos comptes bancaires.

Il est temps de faire la paix avec le seigneur ! Vous devez prier le seigneur tout puissant de convaincre le père de la nation pour votre grâce. 15, 25, 30 ans de prisons c’est humain ? Eh bien, vous l’avez voulu, chacun comparaitra devant la justice camerounaise avec ses lois qu’on applique sélectivement. Le Cameroun c’est le Cameroun. Egal, que vous ayez une double nationalité au pas, que vous soyez citoyen français ou suisse, épervier vous rattrapera sur le chemin de la fuite.

En tout cas je dois vous adresser maintenant ma prière avant qu’on ne saisisse vos avoirs ! « PUBLIC PROTECTOR » est sur le chemin de KONDENGUI…

S’il est vrai que le dieu tout puissant a trouvé un accord avec le père de la nation, en vous faisant tomber (in)justement suite à l’opération épervier, toutefois j’ai la conviction absolue que vous me viendrez en aide. A KONDENGUI on ne peut pas bien laver l’argent des contribuables camerounais que vous détenez. N’a-t-on pas toujours dit que l’argent qui ne circule pas, ne produit pas ? Pourquoi donc retenez-vous vos milliards sous vos lits bien aisés de KONDENGUI ? Tout en passant, comment se fait-il que vous devenez d’un clin d’œil des milliardaires, alors que vous n’étiez que des fonctionnaires de l’état camerounais ?

De toute façon, j’ai trouvé une méthode humaine pour vous, si vous suivez le chemin que je propose, vous aurez la grâce du père de la nation pour une raison simple : Nous, les « non éperviables », n’avons pas de ressources, pourtant nous avons nos ambitions dans ce Cameroun des grandes ambitions. Tiens ! Je dois vous signaler qu’on parle déjà du Cameroun des grandes réalisations, si entre-temps on vous a privés de l’information de peur d’une révolte dont vous serez une fois de plus les organisateurs.

Si je peux me permettre de vous juger, ce n’est pas digne de vous de retenir les fonds sous vos lits au moment où la population vit du calvaire. Les hommes d’honneur dont vous faites partie n’agissent pas de la sorte. Pour nous ici dehors, la liberté c’est comme une autre forme de prison, seulement à KONDENGUI vous avez au moins à manger. La population n’a pas à manger ici, il manque d’eau, d’électricité, la pauvreté est à l’actualité. La vie est dure, les femmes cassent les pierres pour maintenir les familles en vie. La prostitution s’est auto-libéralisée, les téléphones de mort ont fait leur apparition. Les enfants visitent les écoles mais celles-ci se trouvent dehors, l’argent manque pour construire des abris pour ces pauvres etc. Voilà un peu l’image du Cameroun que vous nous avez laissé. Nous sommes à moins de 3 semaines de noël, millier de familles et million de jeunes attendent impatiemment que le père noël vienne les délivrer du calvaire que vous avez laissé…

Ne vous arrive-t-il pas souvent, dans votre village KONDENGUI, de vouloir aider à travers des œuvres sociales, mais sans toutefois avoir la moindre idée de ce que vous pouvez faire avec vos milliards ?

Je vous donne des réponses à cette question. Pendant que vous jouissez de vos milliards gagnés (in)justement, j’ai initié entre-temps une plateforme. Elle a une vocation sociale. Si vous sponsorisez les activités de cette plateforme, vous effectuerez un investissement social. Cet investissement fera naître de réelles perspectives pour de nombreuses personnes dynamiques et ambitieuses à la quête d’un cadre optimal d’encadrement, pour la concrétisation de leurs projets. Ceux-ci créeront des emplois et des revenus, permettant à de nombreuses familles de mener une vie décente et moins misérable.

Je sais qu’il ne me revient pas de vous donner des leçons, toutefois chers Milliardaires de KONDENGUI, suivez donc l’exemple de BILL GATES, un homme d’honneur au service de l‘humanité. Lui au moins a gagné sa fortune à la sueur de son front. Grâce à l’argent des contribuables camerounais que vous détenez (in)justement, voici une manière honnête, humaine de rembourser les dépenses que vous avez causées à l’état camerounais pendant votre séjour dans cette « belle ville » KODENGUI :
  • Sponsorisez la création des structures locales de développement
  • Sponsorisez la création d’emplois durables et l’augmentation des revenus de la population
  • Votre participation à la lutte contre la pauvreté, l’ignorance et le chômage en vue de l’amélioration des : niveau, cadre et conditions de vie (accès à l’eau potable, aux soins de santé et à l’éducation pour tous, aux énergies renouvelables, à l’électricité, aux TIC, aux voies de communication, etc.)
  • Aidez cette diaspora qui ne connait pas les réalités locales à s’impliquer au développement du Cameroun (transfert des biens, des fonds, des infrastructures, des savoirs, du savoir-faire, du savoir-être)

Voilà mon plan pour un remboursement à juste valeur de l’argent camerounais.

En attendant donc une réaction patriotique de vous, je prie pour vous auprès du père de la nation. On ne sait jamais d’où la grâce de dieu viendra !
The Independent.
   Commentaires
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
Autres Liens Internet
1.  Télécharger cet article
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Maurice Ze
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
Le peuple ekang
Le peuple ekang se retrouve aujourd’hui au Cameroun, au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo, à Sao-Tomé et Principe, en Angola et dans la diaspora. « On parle d’environ 12 à 14 millions d’hommes et de femmes unis par une histoire, un parlé différent d’une langue la nuance est nécessaire ici, une cuisine, des us et coutumes qui leur sont propres et les différentient des autres peuples bantou. »
TOP VIDEO
Récit Mvett ALUM NDONG MINKO du maître-conteur MVOMO EKO BIKORO
NOS PARTENAIRES

Warning: mysql_free_result() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/qwlipmay/nkul-beti-camer.com/ekang-global-revue.php on line 3125

Warning: mysql_free_result() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/qwlipmay/nkul-beti-camer.com/ekang-global-revue.php on line 3129