MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Maroc, le royaume émergent à l’avant-garde de l’EurAfrique
Source, auteur, copyright
Source: latribune.fr
Depuis une dizaine d’années, le Maroc enchaîne sans discontinuer les réformes institutionnelles et sociétales. Le pays s’équipe aussi en infrastructures qui le projettent de plain-pied dans la modernité, tandis que sa vision économique et géopolitique de long terme lui confère un rôle essentiel dans le devenir de l’émergence de l’Afrique et de sa coopération avec l’Europe.
     Date de publication: 10-12-2014   02:55:05
Vu d’Europe, le Maroc, cinquième puissance économique d’Afrique, paraît certes un pays relativement modeste, avec un PIB de seulement 113 milliards de dollars en 2013 (source FMI), tandis que celui de son voisin algérien atteint plus du double (228 Mds $) et pour une population d’importance comparable (33 millions au Maroc, 39 millions en Algérie).

Mais, on le sait bien, le Maroc ne dispose pas de la colossale rente d’hydrocarbures de l’Algérie – même en baisse, celle-ci représente encore 63 milliards de dollars de recettes en 2013, soit 98 % des exportations du pays -, et, si le PIB dit le présent, il n’énonce pas l’avenir, en ce sens que l’accomplissement du potentiel d’un pays relève aujourd’hui de bien d’autres paramètres : capacité à en réformer les structures, à améliorer la gouvernance publique et le climat des affaires, à inspirer la confiance aux investisseurs, à réaliser des infrastructures, à faire progresser les droits universels et à faire accepter des réformes sociétales avec un consensus suffisamment large pour préserver la paix sociale et la stabilité du pays…
1. Le grand chantier des réformes et des infrastructures
 
Tout cela, le Maroc l’a accompli ou engagé depuis une quinzaine d’années. Que l’on se rappelle par exemple la réforme du statut de la famille (Mudawana, 2004) qui a fortement atténué la possibilité de polygamie sans toutefois l’interdire formellement – le candidat polygame doit prouver devant un tribunal qu’il a les moyens matériels de faire vivre dignement sa deuxième femme, alors qu’avant la polygamie allait de soi. Une avancée renforcée par la Constitution de 2011, qui affirme l’« égalité civile et sociale entre l’homme et la femme ». Adoptée par voie de référendum – et même plébiscitée, avec 97,58 % de oui et un taux de participation de 75,50 % -, cette Constitution, lancée au moment même où d’autres pays s’embrasaient sous l’effet du « printemps arabe », marque aussi une avancée certaine vers la monarchie parlementaire, le roi ayant accepté de se défaire de certaines prérogatives. Par exemple, la Constitution énonce formellement que le chef du gouvernement doit être issu du parti majoritaire à l’Assemblée, alors que le choix du roi n’était soumis jusque-là à aucune obligation ; de même, c’est au chef de gouvernement qu’est désormais dévolu le droit de dissoudre la Chambre basse du Parlement. Qu’on se rappelle enfin la mise en chantier, par cette même Constitution de 2011, d’une organisation territoriale modernisée, l’article premier stipulant que « l’organisation territoriale du royaume est décentralisée, fondée sur une régionalisation avancée », réforme dont l’entrée en vigueur est programmée pour 2015.

« Le pays a franchi d’importantes étapes en ce qui concerne son développement économique et social », lit-on dans le rapport 2013 du Femise, le Forum euroméditerranéen des instituts de sciences économiques. En fait, la capacité du pays à accélérer sa modernisation est devenue l’un des indicateurs majeurs du royaume, voire un élément constitutif de son image de marque. Dix ans après le lancement, en 2004, du plan Émergence – il rassemble plusieurs plans sectoriels de long terme – piloté par Mounir Majidi, le dirigeant, depuis 2002, de la holding royale Siger et secrétaire particulier du roi, les résultats sont patents.

En effet, côté infrastructures, plusieurs initiatives à caractère exemplaire témoignent de la considérable avancée marocaine. C’est le cas du port de Tanger Med, inauguré en 2007. Son succès dépasse les meilleurs pronostics de trafic (+ 30 % dès 2009, d’où la création de Tanger Med II, livrable en 2015) et la vaste zone industrielle adjacente (935 hectares), réalisée en partenariat public-privé (une première au Maroc), a déjà permis de créer plus de 30 000 emplois, dans le sillage de l’installation de l’usine Renault – bel exemple de coproduction réussie -, qui a déjà généré à elle seule « 6 000 emplois directs et quelque 30 000 emplois indirects », nous confiait en juillet 2013 Fouad El Omari, député et maire de Tanger.

C’est aussi le cas du TGV Casablanca-Rabat-Tanger, en cours de réalisation : son inauguration est prévue pour 2016 – il sera alors le premier TGV de tout le continent africain. Troisième exemple d’importance, la réalisation du site phare du plan solaire marocain, plus vaste parc photovoltaïque d’Afrique (33 km2), en construction à Ouarazate, dans la région de Souss-Massa-Draâ, au sud-est de Marrakech. Livrable en 2015, la centrale est conçue pour produire 500 MW, soit l’équivalent de la demande d’une ville de 250 000 habitants.

À tout cela, il faut encore ajouter la construction des autoroutes – 2 000 km aujourd’hui, contre… 70 en 1999 – et les performances remarquables du pays dans des activités de haute technologie, comme c’est le cas de la jeune industrie aéronautique. Née au début des années 2000 d’un processus de coproduction avec Safran, elle compte à ce jour une centaine d’entreprises générant 10 000 emplois, et ses exportations ont progressé de plus de 12 % en 2013.

Cerise sur le gâteau : en 2013, les investissements directs étrangers (IDE) au Maroc se sont élevés à quelque 3,5 milliards de dollars, un record qui fait du royaume alaouite le leader des récipiendaires de la région MENA (Afrique du Nord et Proche-Orient) durant cette période. C’est que « le processus démocratique au Maroc renforce son attractivité économique », estime le député européen Gilles Pargneaux, président du groupe d’amitié Maroc-UE.
2. Création d’un fonds national d’investissement
 
Aujourd’hui, le Maroc veut se donner les moyens d’avancer encore. C’est le sens de la toute récente réorientation stratégique de la holding royale Siger, dont la structure et les objectifs ont été totalement revus. L’homme porteur de ces changements, Mounir Majidi, en a donné la feuille de route en octobre dernier : la SNI (Société nationale d’investissement) se positionne désormais comme un fonds d’investissement de long terme, en soutien à de nouvelles activités de développement, et tourné vers un essor national et régional.

Ainsi la SNI va-t-elle déployer pleinement son soutien au développement économique international du Maroc, et d’abord en Afrique. Côté finances, le groupe Attijariwafa Bank, filiale du groupe SNI, incarne à lui seul le rêve africain du royaume, puisqu’il apporte déjà son expertise et sa contribution dans 13 pays du continent. Mais d’autres champions nationaux sont aussi « portés » par la holding royale : Maroc Télécom, Alliances (1er groupe immobilier et touristique intégré), ONE et ONEP (offices nationaux de l’eau et de l’électricité), Addoha (n° 1 de l’immobilier), l’OCP (l’Office chérifien des phosphates, dont il est l’un des premiers exportateurs mondiaux)… accompagnaient le roi Mohammed VI lors de sa tournée diplomatique de trois semaines en Afrique subsaharienne (en Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, Gabon et Mali), en février-mars. Une tournée au cours de laquelle le Maroc a engrangé pas moins de quelque 80 conventions et accords dans les secteurs les plus divers : agriculture, santé, habitat, formation professionnelle, banque et finance, mines, TIC, transport, tourisme…

Si autant d’accords ont pu être signés dans des secteurs aussi divers, c’est bien parce que depuis des années le Maroc a pu capitaliser expertises et savoir-faire (aéronautique, automobile, banques, tourisme, télécoms…) acquis notamment grâce à son ouverture économique et à sa coopération avec l’Europe – et la France en particulier, son premier partenaire. Ces atouts expliquent l’attractivité et le rayonnement d’un pays dont le monarque porte une vision africaine. La « crédibilité veut que les richesses de notre continent bénéficient, en premier lieu, aux peuples africains. Cela suppose que la coopération Sud-Sud soit au cœur de leurs partenariats économiques (…) accompagnés par une action crédible et un engagement constant », déclarait-il dans son discours d’ouverture du Forum économique d’Abidjan.
Dans cette perspective africaine, la marge de progression du Maroc est immense, car à ce jour le royaume ne réalise que 2,5 % de son commerce extérieur avec l’Afrique, alors même que 85 % des investissements marocains à l’étranger se font déjà sur ce continent où le royaume se place au deuxième rang, après l’Afrique du Sud.
3. De l’Afrique À l’Europe, un double arrimage
 
Le rapport 2013 sur l’état de la politique européenne de voisinage (PEV) avec le Maroc confirme une fois de plus son côté « premier de la classe ». Le document relève en effet qu’en 2013 « la majorité des recommandations du rapport de l’année précédente ont été suivies [par le Maroc] ». Il cite par exemple le plan gouvernemental pour l’égalité (PGE), ainsi que le projet de loi sur l’Autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination (APALD), approuvés en Conseil de gouvernement.

Cette progression constante du Maroc dans l’assimilation des valeurs et standards européens s’inscrit dans un mouvement désormais engagé depuis deux décennies et dont un premier aboutissement est illustré par le « statut avancé » de partenaire de l’Europe dont le Maroc bénéficie depuis 2008. Ce mouvement de fort rapprochement avec l’Europe, pour ne pas dire vers l’intégration, continue de se déployer : depuis avril 2013, un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) est en négociation avancée. S’il aboutit comme prévu (la dernière réunion s’est tenue en juillet 2014), il reviendra à intégrer presque totalement le royaume au marché unique européen.

À cela s’ajoutent encore un partenariat de migration et de mobilité (depuis juin 2013) et un accord de pêche, renouvelé en décembre dernier. Autre élément porté au crédit du Maroc : le royaume s’est toujours fortement impliqué dans la construction du partenariat euroméditerranéen, autant avec le processus de Barcelone (1995) qu’avec la plus récente Union pour la Méditerranée (2007), dont l’actuel secrétaire général est d’ailleurs l’un de ses brillants diplomates, ancien ambassadeur en Belgique et en France, Fathallah Sujilmassi.

Rien de surprenant, donc, que le roi Mohammed VI affirme que l’engagement fort du Maroc pour l’Afrique ne saurait être exclusif d’une ouverture tout aussi conséquente vis-à-vis des autres espaces de partenariat, et particulièrement de l’Europe : « La promotion volontariste de la coopération intra-africaine et de l’intégration sous-régionale sur notre continent n’exclut en aucun cas, et tant s’en faut, l’approfondissement, en parallèle, des rapports mutuellement bénéfiques de l’Afrique avec ses multiples partenaires et en particulier avec l’Union européenne et ses États membres. Bien au contraire, les deux processus s’enrichissent l’un et l’autre et se complètent vigoureusement. » Avec cette vision clairement affirmée, Mohammed VI illustre ainsi, une fois de plus, la célèbre métaphore de son père, le roi Hassan II, qui se plaisait à répéter : « Le Maroc est un arbre qui plonge ses racines en Afrique et dont les feuilles respirent en Europe. »

Une évidence, vue du Maroc, que le souverain alaouite a encore réaffirmée dans son adresse au sommet UE-Afrique, le 3 avril : « De par son histoire et sa position géographique, le Maroc a, depuis toujours, joué un rôle de trait d’union entre l’Europe voisine et l’Afrique et plaidé, dès la première heure, pour un partenariat novateur, équitable et mutuellement bénéfique entre une Europe unie et une Afrique émergente. » Ces propos étant déjà en grande partie en phase avec la réalité, c’est en cela que le Maroc est à l’avant-garde d’une EurAfrique que certains prospectivistes, notamment proches de l’Ipemed (l’Institut de prospective économique du monde méditerranéen, Paris), espèrent voir se concrétiser en ce XXIe siècle.

Ce faisant, le Maroc, de loin le plus ancien État-nation d’Afrique (douze siècles), renouerait avec les plus riches heures de son histoire, illustrée en Europe par la magnificence de sa civilisation d’El Andalous, qui concerna les deux tiers de l’actuelle Espagne, du VIIIe au XVe siècle ; illustrée aussi en Afrique, par le rayonnement des empires de ses dynasties successives, dont certaines étendirent leur influence sur l’ensemble du Maghreb jusqu’à l’actuelle Libye et, au sud, jusqu’au Sénégal – et cela dès l’avènement (1672) de Moulay Ismaïl, deuxième souverain de l’actuelle dynastie alaouite. Un roi puissant, administrateur et bâtisseur que l’on comparait volontiers à son contemporain… Louis XIV.
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
Source: latribune.fr
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES