Accueil    
La liaison Obama-Beyoncé: un pétard mouillé
Source, auteur, copyright
Propos recueillis par Nicolas Nissim
La presse française a maladroitement tenté ce lundi, pour des raisons inavouées, de tenir l'image du président américain. Le célèbre paparazi Pascal Rostain dans un entretien exclusif à public.fr met les choses au clair: « Je n’ai jamais dit que le scoop Obama-Beyonce sortirait demain !»
     Date de publication: 12-02-2014   20:53:54
Selon Jean-Marc Morandini qui a recueilli le témoignage de Pascal Rostain, le Washington Post s’apprêterait à sortir un énorme scoop sur une liaison supposée entre Barack Obama et Beyonce. En exclu pour Public, le célèbre photographe s’explique et met les choses au clair.

Réactualisation: De son coté, interrogée par Vanity Fair France, Kristine Coratti, la directrice de la communication du quotidien américain The Washington Post affirme: "Je peux vous dire que c’est faux. Le Washington Post ne prépare pas d’articles de ce genre."

Public : Selon Jean-Marc Morandini, vous seriez au courant de la sortie imminente d’un scoop sur une idylle entre Barak Obama et Beyonce.

Pascal Rostain : Non, je n’ai pas du tout dit ça. J’ai dit que des journalistes américains travaillaient sur le dossier et qu’ils pouvaient dégainer leurs infos d’un jour à l’autre. Mais en aucun cas je n’ai dit que ça sortirait demain mardi.

Public : De quoi s’agit-il exactement ?

Pascal Rostain : Il semblerait que les relations entre Barack et Michele Obama ne soient plus au beau fixe depuis plusieurs semaines. D'après ce que je sais, c'est même très glacial entre Barack et Michele. Mais je n’en sais pas plus. Le Washington Post notamment travaille sur le dossier depuis plusieurs semaines. J’ai eu l’un de leurs journalistes hier au téléphone. Mais il n’y a pas qu’eux. D’autres titres mènent leur enquête en ce moment. J'ai eu un autre journaliste du Financial Times qui voulait savoir comment l'affaire Hollande-Gayet avait été perçue chez nous. Donc c'est évident qu'il se passe quelque chose autour du couple Obama outre Atlantique.

Public : Quand pensez-vous qu’ils sortiront le scoop ?

Pascal Rostain : Lorsqu’ils seront sûrs d’eux à 150%. Aux Etats-Unis, la loi n’est pas la même qu’en France. Il ne seront condamné que si ce qu’ils disent est faux donc ils n’ont pas intérêt à se tromper. Ce n’est pas comme chez nous où dès lors que vous sortez quelque chose de privé sur un couple, vous pouvez être condamné pour atteinte à la vie privée. C’est d’ailleurs ce qui risque d’arriver au magazine qui a sorti le scoop Gayet-Hollande. Je ne sais pas quand cette affaire – si affaire il y a - sortira.

Public : Si l’info sort, pensez-vous que la tempête médiatique sera la même qu’en France ?

Pascal Rostain : Assurément, ça va faire du bruit. Et sûrement à l’échelle planétaire. En revanche là-bas, on ne se posera pas de question sur le titre qui a sorti l’info. Aux Etats-Unis, il n’y a pas comme en France cette différence entre la presse dite sérieuse et la presse people que certains qualifient de presse de caniveau. Depuis plusieurs semaines, j’entends les rumeurs les plus farfelues autour du trio Gayet-Hollande-Trierweiller. Mais ce n’est pas ceux qu’on pense qui les relatent.
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
Propos recueillis par Nicolas Nissim
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES