MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Viols en RCA: ce que l’on découvre dans le rapport de l’ONU
Source, auteur, copyright
RFI
RFI a pu se procurer le rapport d'enquête de l'ONU relatif aux viols présumés commis par des soldats français à Bangui. Un rapport accablant. Le nombre de détails qui pourraient permettre d'identifier les agresseurs présumés est impressionnant.
     Date de publication: 07-05-2015   14:18:52
Les six pages du rapport sont barrées d'un grand encart « Confidential ». Intitulé « Sexual Abuses on children by international armed forces [Abus sexuel sur enfants commis par des forces armées internationales, ndlr] », le rapport d’enquête contient six interviews d’enfants : quatre d’entre eux disent avoir été abusés sexuellement par des soldats et deux autres ont été témoins des scènes et les décrivent aux enquêteurs de l’ONU et de l’Unicef. La précision des détails est incroyable.

Il n’est pas possible de tous les dévoiler par souci de protection des enfants notamment, mais un exemple est particulièrement parlant. L’un des garçons âgés de neuf ans raconte qu’un soldat français lui aurait montré une vidéo pornographique sur son téléphone avant de lui demander de faire la même chose en échange de rations de nourriture. Tenaillé par la faim, l’enfant dit s'être exécuté et avoir fait une fellation au militaire.

Ces abus sexuels répétés ont été commis entre le mois de décembre 2013 et mai 2014. Parfois par des soldats seuls en poste, donc sans témoin direct, mais le plus souvent les enfants interrogés font état de plusieurs militaires présents pendant les actes sexuels. Comme Maurice et Gaston* qui décrivent une scène qui se serait produite à la fin du mois de mars. « L'un des soldats était petit, l'autre était maigre et fumait beaucoup. Nous leur avons dit que nous avions faim. L'homme le plus petit nous a dit de sucer son bangala [pénis, ndlr] d'abord. J'étais effrayé, mais j'ai accepté. Il a sorti son sexe de son pantalon juste en face de ma bouche. Après ça, il nous a donné trois rations et de l'argent ».

En plus des détails sur les actes sexuels pratiqués, ce sont les précisions sur les agresseurs présumés qui surprennent. Une des victimes présumées décrit ainsi l’exact emplacement du tatouage d’un militaire français. Une autre parle d’un soldat avec un gros grain de beauté à côté de l’œil gauche. En plus de tout cela, les enquêteurs ont récolté des noms, des surnoms, mais aussi des compétences militaires. Ainsi, selon les enfants interrogés, certains des agresseurs seraient des snipers positionnés à un moment donné de la crise sur le toit de l’aéroport Mpok

Quatorze militaires mis en cause par le rapport de l'ONU

Ces actes abjects, condamnés fermement par François Hollande, se sont a priori produits à plusieurs reprises et on peut s'interroger sur l'éventuelle complicité d'autres militaires français. Dans le rapport, un des enfants témoin des scènes de viol décrit des fellations répétées pour un militaire de Sangaris qui se surnommerait lui-même « Batman ». L'enfant parle aussi du collègue de ce soldat qu'il surnomme « Yo yo ». Car en Sango, la langue locale en Centrafrique, « yo yo » veut dire « vite vite. » Ce soldat prévenait toujours Batman quand d'autres militaires approchaient, pour éviter de se faire prendre.

D'autres témoignages tendent à démontrer que les soldats français incriminés n'avaient aucunement peur de se faire attraper. Pacôme* raconte qu'un soldat de Sangaris qui était stationné dans l'abri de la tour de contrôle de l’aéroport lui a demandé une fois de pratiquer une fellation. Mais l'enfant a refusé et dit qu'il « allait prévenir M. Alexis [Alexis Nguitté, l'homme a l'origine du rapport d'enquête de l'ONU, ndlr]. Le militaire aurait répondu : « Tu peux dire à M. Alexis que j'ai dit aux enfants de venir sous l'abri pour se protéger de la pluie ».

Finalement, Alexis Nguitté finira par avoir vent de ces allégations et préviendra PU-AMI, l'ONG qui gère le site de déplacés de l'aéroport de Bangui M'Poko, ce qui déclenchera l'enquête onusienne. A l'heure actuelle, trois militaires auraient été identifiés par la justice française. Quatorze sont mis en cause par le rapport de l'ONU ainsi que cinq soldats de la force africaine Misca.
* Les prénoms ont été modifiés
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
RFI
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES