MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Soeur Angélique, femme exemplaire, militante dévouée et récompensée
Source, auteur, copyright
RFI- Par Habibou Bangré
La religieuse congolaise reçoit mardi 17 septembre le prix Nansen du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Cette récompense lui est décernée pour son aide aux femmes déplacées par la sanglante rébellion ougandaise LRA. Le prix Nansen récompense chaque année une personne qui a rendu des services exceptionnels à la cause des réfugiés. Comme les autres distingués, Soeur Angélique recevra une somme de 75 000 euros, offerte par la Norvège et par la Suisse, somme qu'elle a décidé de mettre au service des femmes congolaises déplacées. Voici son portrait.
     Date de publication: 18-09-2013   08:08:01
L’aube éveille Dungu. Les premiers rayons du soleil promettent une nouvelle journée chaude dans cette ville de 73 000 habitants, nichée en Province-Orientale, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). Dans la paroisse de Dungu-Centre, aux murs de briques et chapeautée de tôle, quelques dizaines de fidèles suivent l’homélie de l’abbé Rémi. Debout devant un banc en bois, visage grave et bras croisés, Sœur Angélique Namaïka écoute, prie. La religieuse de 46 ans est une habituée : elle assiste chaque jour à la messe de 6 h 30.

Angélique est née dans le village de Kembisa, dans le sud de la Province-Orientale. Elle grandit dans une famille de six enfants que les parents, cultivateurs, ont tenu à envoyer à l’école. La religion chrétienne tient une place importante, y compris chez la grand-mère qui l’élève une partie de sa scolarité. La studieuse fillette se rend donc le dimanche à la messe, où elle aime esquisser quelques pas de danse... A environ 9 ans, elle décide de vouer sa vie à Dieu, inspirée par la « sœur allemande Tonne ».
1. « Je ne savais si les Africaines pouvaient devenir religieuses »
 
« Chaque fois, elle venait chez nous pour soigner les malades. J’ai eu pitié d’elle car elle était seule et il y en avait beaucoup... Elle n'avait pas le temps de se reposer, de manger... Je me suis dit que j'allais l'aider à avoir un peu de répit. A cette époque, je ne savais pas si les Africaines pouvaient devenir religieuses ! » Angélique se forme à Doruma où elle vit douze ans. En 2003, après un an et demi à Bangadi, la Sœur Angélique part pour Dungu, où elle commence à soutenir des femmes en difficulté.

« J’ai travaillé avec un groupe de femmes vulnérables qui ne savaient ni lire ni écrire, qui n’avaient pas de travail », se souvient la nonne, vêtue d’un ensemble en pagne, les cheveux recueillis sous un foulard. Pour qu’elles puissent prendre en charge leur famille et leurs « maris fainéants », elle les alphabétise, leur enseigne la couture, la pâtisserie. Elle les encourage à cultiver leur champ communautaire, où poussent des haricots, du maïs, du riz, des courges, des bananes…

En octobre 2009, des déplacés arrivent à Dungu, fuyant la rébellion ougandaise LRA (Lord’s Résistance Army, l'Armée de Résistance du Seigneur), célèbre pour ses meurtres, pillages, viols, enrôlements d’enfants et esclavage sexuel. Sœur Angélique quitte le couvent « la première », traverse l’étroit pont qui enjambe la rivière Kibali, et se réfugie chez les sœurs franciscaines. Mais après environ deux mois, le danger surgit à nouveau, des coups de feu retentissent, la LRA est à Dungu-Centre. Cette fois, sœur Angélique se sauve à 25 km, en pleine brousse. Elle rentre en janvier 2010 et sera « la dernière » à regagner le couvent.
2. Intégrer les rescapées
 
Sensibilisée au probléme des déplacés – actuellement 25 000 à Dungu – elle a décidé d’intégrer les rescapées des « atrocités » de la LRA dans ses activités génératrices de revenus. « J’ai vu qu’il y avait beaucoup de distance entre le centre-ville », siège des activités de formation, « et les camps de déplacés, alors j’ai essayé de me rapprocher d’elles ».

Un rapprochement à vélo. Sœur Angélique circule sur son deux-roues usé dans les rues chaotiques, le front perlant de sueur sous l’effort et la chaleur. Sur le chemin, il n’est pas rare qu’elle s’arrête pour saluer des habitants. « Elle fait des blagues, elle est facilement abordable, souligne l’abbé Rémi. Elle sait comment aborder les femmes, les mettre à l’aise. » Reste que, main de fer dans un gant de velours, la religieuse confie qu’il lui arrive de se fâcher pour montrer qu’elle « ne blague pas » toujours.

Comme les autres apprenantes, Pascaline, 42 ans, se dit très reconnaissante. Elle a appris la boulangerie, et la vente de petits pains lui a permis de faire face aux coups durs. Dernier épisode en date : deux de ses enfants tombés malades. « Avant de préparer la pâte, je priais et je portais des gris-gris pour que les pains soient vendus vite, vite… Sans ça, j’allais perdre l’un de mes deux enfants. Finalement, j’ai pu financer les soins des deux, et je n’ai pas de crédit à l’hôpital ! », dit-elle avec fierté.
3. Plus de 2 000 femmes aidées
 
Depuis 2003, sœur Angélique a aidé « plus de 2 000 femmes », pour beaucoup victimes directes ou indirectes de la LRA. Dans le cadre de son prix Nansen – doté de 100 000 dollars, qu’elle va injecter dans les « activités des femmes » – elle fera une tournée. Une escale est prévue au Vatican. En l’apprenant, elle n’a pas vraiment réagi. Mais dans la nuit, réveillée pour nourrir l’un des orphelins qu’elle héberge, elle s’est demandée ce qu’elle allait dire au pape François sur « le problème de la LRA ».

« Quand j’ai pensé à cela, dit Soeur Angélique, j’ai commencé à pleurer. Pleurer pour longtemps, presque trente minutes. J’ai parlé tant depuis 2008, jusqu’à maintenant… (…) Je vais seulement me jeter à ses pieds pour lui dire pardon. (…) Qu’il pardonne, que Dieu pardonne à Kony et ses bourreaux pour tout le mal qu’il a commis dans notre territoire et les territoires voisins. »
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
RFI- Par Habibou Bangré
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES