MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Archidiocèse de Yaoundé : Les fidèles sommés de payer les dettes de l’Eglise
Source, auteur, copyright
© Mutations : Mélanie Ambombo
Classées en cinq catégories par Mgr Jean Mbarga, les paroisses devront se cotiser pour éponger l’emprunt qui s’élève à six milliards de Fcfa.
     Date de publication: 29-05-2014   04:57:43
Prisca Annabelle Ntsama, fidèle de la paroisse St jean l’Evangéliste d’Essos à Yaoundé est revenue toute remontée de la messe de 18h du 18 mai dernier. «Lors des communiqués à la fin de l’eucharistie, le président du conseil paroissial nous a annoncé que notre paroisse devait reverser pour l’année en cours une somme de 17.000.000Fcfa à l’archidiocèse de Yaoundé. Le plus ahurissant c’est qu’il a seulement dit que cet argent servirait à payer une dette de notre archidiocèse et a refusé de s’étendre sur la question», fulmine la jeune dame. Une annonce qui concerne tous les chrétiens catholiques de l’archidiocèse de Yaoundé.

Selon l’Abbé Félix Désiré Amougou, responsable de la communication de l'archidiocèse, l’Eglise laissée par Mgr Simon Victor Tonye Bakot est endettée à hauteur de six milliards Fcfa. Pour apurer cette ardoise, Mgr Jean Mbarga, administrateur apostolique de l’archidiocèse de Yaoundé, avec son Conseil des affaires économiques ont convenu de faire participer les fidèles au remboursement, apprend-on. Ainsi dans ce qu’ils ont appelé «manière spéciale au redressement de leur église», un appui a été demandé aux paroisses selon leurs capacités.

Un appui qui n'est pas facultatif car, non seulement toutes les paroisses ont été classées en 5 catégories selon leurs surfaces financières, et le montant de participation leur est imposé. C’est ainsi dans les paroisses de la catégorie hors échelle, comme la cathédrale Notre Dame des Victoires de Yaoundé, considérées comme les plus financièrement fournies, devront verser 25.000.000 Fcfa et celles de la première catégorie 17.000.000 Fcfa. La deuxième catégorie devra contribuer à hauteur de 13.000.000 Fcfa par paroisse. Les fidèles des paroisses classées dans le troisième chapeau devront se cotiser à hauteur de 7 millions Fcfa et les paroisses de quatrième catégorie (qui englobe toutes les paroisses des zones rurales), devront débourser une somme variant entre un et 1.500.000Fcfa.

Tonye Bakot

Les problèmes financiers de l’archidiocèse de Yaoundé, naissent après la mort en 1998 de Mgr Jean Zoa. On se souvient d’ailleurs que les prêtres diocésains avaient dénoncé cette même année, la disparition de quatre milliards Fcfa dans les caisses de la procure sous l’administration de Mgr Xavier-François Amara. «Il n’y avait plus de maitrise dans la gestion du diocèse. On ne voyait pas l’argent disparaitre», soutient l’Abbé Félix Désiré Amougou.

Ces dettes, selon certaines sources, sont aussi dues à une autre contractée par Mgr Jean Zoa pour la construction du sanctuaire marial (actuelle Basilique mineure) de Mvolyé dont la cérémonie de pose de la première pierre s’est tenue le 15 août 1990. A cela, certains ajoutent l’augmentation des charges de l’archidiocèse auxquelles viennent se greffer la gestion controversée de Mgr Victor Tonye Bakot qui, à son arrivée en 2003 trouve que les autorités de l'Eglise ont déjà épongé la dette de quatre milliards Fcfa à sa moitié.

«On ne peut pas lui imputer toute la dette. Il l’a trouvé diminuée, mais l’a également augmentée. C’était mon patron je ne peux pas dire comment il gérait, mais une chose est sûre, il utilisait le diocèse à des fins personnelles», lance un prêtre ayant requis l’anonymat. Un autre de rajouter que tout est parti des dépenses sans contrôle. A peine arriver, il contracte une dette de plus d’un milliard Fcfa à la Société générale des banques du Cameroun ( Sgbc), plus tard c’est à la Cbc qu’il emprunte 2 milliards Fcfa avant de se retourner vers Afriland First Bank et le Crédit Foncier. Il videra les épargnes de la procure générale des gestions où les différentes congrégations religieuses déposaient de fortes sommes d’argent. Même auprès des chrétiens nantis, le prélat a contracté des prêts. Sans oublier dans les écoles et centres hospitaliers de l’archidiocèse.

Aujourd’hui, c’est aux fidèles de l’archidiocèse de Yaoundé que revient le devoir de solder ces dettes contractées : «Ils ont besoin de notre aide et nous imposent d’office le montant de notre contribution cela devient comme une sommation», lance André Tsoungui Atemengue, un chrétien de la paroisse St Charles Lwanga de Nkolndongo. Celui-ci indique d’ailleurs que tous les groupes paroissiaux sont tenus d’apporter leur participation.
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Mutations : Mélanie Ambombo
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES