MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Être heureux ou ne pas être heureux? Le barème du bonheur
Source, auteur, copyright
© Camer.be : Florence TSAGUÉ A.
Qu´une chose soit claire: la jalousie est la chose la mieux partagée du monde! Et le bonheur? En Allemagne, on dit que rien ne dévalorise votre voiture comme la nouvelle Mercedes du voisin. Un élève, premier de sa classe avec un grand écart entre lui et le deuxième, est, outre sa première place, encore plus heureux pour sa performance exceptionnelle. Il n´est pas souvent rare d´entendre un frère africain vous confier qu´il est le seul noir employé dans une entreprise de renommée. Comme chez l´élève, le bonheur de notre frère ne serait pas seulement le fait d´avoir répondu au critères sélectifs et rigoureux d´une société convoitée mais surtout celui de se distinguer parmi ses frères et sœurs africains. A ce niveau, le bonheur va au-delà de nos attentes et de notre satisfaction pour se définir par rapport au regard, aux lacunes ou aux performances des autres.
     Date de publication: 31-12-2012   09:00:40
Le bonheur est lié à un ensemble de facteurs complexes et d´attentes qui peuvent être endogènes ou exogènes. Pouvons-nous être heureux si quelqu´un nous rappelle tout le temps que nous ne le sommes pas? Ou alors peut-on être malheureux alors que notre entourage estime que nous avons tout ce qu´il faut pour être heureux? De même que nous avons autour de nous des gens qui souhaitent notre bonheur malgré nos déboires, nous en avons aussi qui nous indiquent à tout bout de chemin l´absence des choses qu´ils estiment être nécessaires pour nous. C´est pour dire que notre bonheur, selon ceux qui nous jugent, n´en est pas un tant que nous n´avons pas rempli par exemple la condition X ou Y. Qui aurait la légitimité d´identifier ce qui nous manque?

Si la conception du bonheur peut être étroitement liée au Zeitgeist et à la société dans laquelle nous vivons, comment négocier alors le bonheur dans un contexte transculturel? Prenons par exemple le cas de quelqu´un qui vit dans un village où tout le monde a presque le même niveau de vie. Il s´estime heureux dans ce contexte où le nivèlement social offre peu de place à la frustration. Mettons le même individu en ville dans un quartier où richesse extravagante et pauvreté extrême se regardent en chiens de faïence. Sans doute le bonheur de celui-ci pourra aller décrescendo lorsqu´il se comparera aux nantis qui l´entourent. Et pourtant, ceux qui sont restés au village l´envient, car il y retourne souvent avec des cadeaux ou des choses que ces derniers ne possèdent pas. La même situation peut être transposée au niveau de la vie du migrant camerounais en Europe.

Une fois en Europe, beaucoup d´entre nous améliorent leur condition de vie en utilisant les opportunités à leur portée. Cependant cela n´augmente pas forcement leur bonheur. Au contraire, nombreux sont ceux qui sont frustrés bien qu´admirés par ceux restés au pays. L´euphorie d´avoir sa propre chambre, une télévision, un ordinateur, de remplir son frigo avec des yaourts et son congélateur avec des poulets «coq sportif» et de prendre autant de repas par jour au gré de sa faim laisse vite place à la désillusion. Les ambitions ayant été grandes, le choc est encore plus violent lorsqu´on se rend compte qu´on ne peut pas devenir facilement millionnaire ou répondre aux attentes de la famille. En plus, on constate au fil du temps que ce poulet qu´on mange à gogo n´a pas le goût suave de celui du pays et que l´excédent de la nourriture ne contribue qu´à une prise de poids avec pour corollaires des dépenses supplémentaires pour les habits et la forme physique. Une première photo sur Facebook reçoit vite les notations positives du genre «on sent que vous vivez bien là-bas.» Et pourtant vous ne vous estimez pas heureux. A ceci s´ajoute la frustration quotidienne liée à l´altérité et au rappel permanent qu´on n´est pas chez soi.

Notons aussi une concurrence et une comparaison permanentes qui sont devenues paranoïaques dans certains milieux. Voulant être toujours plus heureux que les autres, nous comparerions notre compte bancaire avec celui des autres s´il n´y avait pas de secret bancaire. Nous nous limitons aux apparences pour conclure le bonheur ou le malheur de l´autre. Cette comparaison démesurée pousse à l´envie, au commérage et au souhait du mal à l´autre. Et lorsque les autres ne confirment pas notre bonheur, nous stigmatisons la jalousie partout où nous estimons que nous sommes plus heureux que les autres.

Dans la vie, nous nous fixons des objectifs, toutefois si nos grandes ambitions ne sont pas atteintes, nous devons nous contenter des petites ambitions réalisées le long du chemin âpre que nous avons fait. Dans une contexte actuel de la mondialisation, de la mobilité, de la rapidité, des attentes élevées face aux travailleurs, les maladies telles que le stress et le «Burn out» (épuisement) sont devenues monnaie courante et portent préjudice à la santé. Alors, une bonne adéquation entre la profession, la vie familiale et sociale et les loisirs contribue à trouver un équilibre psychosomatique et à créer des petits moments et oasis de bonheur. Si nous gagnons de la loterie, elle ne saurait nous rendre heureux si nous ne sommes pas en mesure de transformer cette manne en bonheur. Si nous avons des amis, c´est à nous de faire de la relation une source d´entraide et d´épanouissement. En fin de compte, ce sont les ressources humaines, les petites choses du quotidien qui nous donnent les petits moments de bonheur, le bonheur n´étant aussi précieux que parce que nous connaissons les soubresauts de la vie.

Que l´année 2013 vous apporte la joie, l´amour, la paix, le succès, la santé et le bonheur ainsi qu´à tous ceux qui vous sont chers!

Bonne année 2013!
   Commentaires - [Total : 1]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Camer.be : Florence TSAGUÉ A.
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES