MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Djoum : Deux étudiants en possession d'ossements humains
Source, auteur, copyright
© Mutations : Guy Roger Mvondo
Les éco-gardes de la Réserve de biosphère du Dja (Rbd), dans le Sud, ont saisi samedi dernier une valise pleine d'ossements humains dans l'une des multiples barrières disséminées à travers ce patrimoine mondial de l'Unesco. Cette découverte macabre, qui a mis en émoi les populations de la localité de Mbouma, dans l'arrondissement de Djoum, a été faite sur 02 étudiants de l'université de Yaoundé II-Soa dont les noms n'ont pas été révélés par les autorités locales.
     Date de publication: 26-09-2012   08:21:12
Selon Robertson Abouna, le chef d'antenne local radio-Tv de la Cameroon Radio Television (Crtv), c'est vers 8h que des éléments de l'antenne de la Rbd interpellent, à l'une de leurs barrières, 03 personnes circulant sur une moto avec une valise soigneusement attachée sur le porte-bagages. Après avoir donné l'impression d'obtempérer, le conducteur de l'engin à deux roues défoncera la barrière, à la surprise générale des éléments du ministère des Forêts et de la Faune (Minfof).

Aussitôt alerté par ses collaborateurs, le chef d'antenne mobilise une équipe d'intervention rapide afin de pourchasser les fuyards. Mais les fugitifs réussissent à échapper au piège. C'est alors que commence une véritable chasse à l'homme, qui aboutit quelques heures plus tard à l'interpellation des fugueurs. Ils sont d'abord conduits à la base Rbd, où la valise est fouillée par les éco-gardes.

Et, alors qu'ils s'attendent à découvrir des produits fauniques, comme ils en ont l'habitude, les éco-gardes se retrouvent face un crâne humain délicatement emballé dans du plastique. Le chef d'antenne décide de conduire le colis insolite à la brigade de gendarmerie de Djoum. Le procureur de la république près le tribunal de première instance de ladite ville, rendu sur les lieux, ordonne l'ouverture d'une enquête après avoir envoyé les mis en cause en garde à vue.

Le commandant de brigade, pour sa part, décide d'expédier le colis à la morgue pour examen. La stupéfaction s'empare des populations lorsque le médecin légiste se met à déballer le paquet. En plus du crâne, le sac contient l'ensemble des ossements humains d'un adulte dont le décès remonterait, selon la source médicale, à un mois, de la chair étant encore collée sur plusieurs parties des os. Bien plus, la forte odeur qui se dégage des paquets est, pour le médecin, la preuve que le corps était encore en putréfaction au moment où les trafiquants ont profané la tombe. L'identité dudit corps, elle, reste à déterminer.
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Mutations : Guy Roger Mvondo
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES