MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Cancer du sein: 150 000 cas par an au Cameroun
Source, auteur, copyright
Linda Mbiapa, stg | La Nouvelle Expression
Le constat est fait par les médecins spécialistes, partenaires de l’Association « Run For a Cure Africa Cameroon ». Pour réduire ce nombre, elle tient du 11 au 16 juillet à Douala, des dépistages gratuits, marche et sensibilisation des femmes et hommes.
     Date de publication: 29-07-2016   12:22:42
Le cancer du sein est une tumeur maligne la plus fréquente chez la femme. Elle est très dangereuse et se développe à partir des cellules épithéliales de la glande mammaire. Malheureusement, les femmes camerounaises et celles provenant des milieux défavorisés traînent encore le pas quand il s’agit de se faire dépister ou de contrôler soi-même son sein. Ce qui explique le fait qu’on enregistre 150 000 cas de personnes atteintes du cancer du sein chaque année au Cameroun. C’est pour lever le tabou lié à cette maladie, accroître la sensibilisation en vue d’un diagnostic précoce que l’association «Run For a Cure Africa Cameroon » est sur le terrain depuis le 6 juillet 2016. Dans le cadre de sa 5ème campagne de sensibilisation et de dépistage gratuit du cancer du sein. D’après la présidente Virginie Bopda Kontchou : «il est question d’amener les femmes à se faire dépister très tôt. Nous avons constaté qu’après le diagnostic, certaines femmes se rétractent à cause de la lourdeur et la cherté du traitement pendant que la maladie évolue. Nous voulons leur faciliter l’accès aux soins».

Un avis que partagent des spécialistes à l’instar du Dr Jean Paul Sandjon et Monfuh Anthony pour qui, il ne faut point avoir peur de se rendre dans un hôpital en cas de palpations circulaires. De leur avis, l'équipe qui prend en charge un patient comprend des professionnels de différentes spécialités : gynécologue, oncologue médical, chirurgien, oncologue radiothérapeute, pathologiste, psychiatre et psychologue, spécialiste de la douleur, infirmier, kinésithérapeute, aide-soignant, diététicien, assistant social... « Ces professionnels travaillent en collaboration au sein de l'établissement de santé dans lequel vous recevez vos traitements et en lien avec votre médecin traitant. Les traitements peuvent engendrer des effets secondaires qui font également l'objet d'une prise en charge médicale. Des conseils pratiques peuvent aussi vous aider à les atténuer », assurent-ils. Et de renchérir : « la prise en charge du cancer est globale et comprend tous les soins et soutiens dont vous pourriez avoir besoin dès le diagnostic, pendant et après les traitements (soutien psychologique, accompagnement social, prise en charge de la douleur ».

Pour faire passer le message, des activités sont en cours. Nathalie Bayo, Vice-présidente de « Run For a Cure Africa Cameroon » explique : « du 11 au 13 juillet, se déroulent les séances de dépistage à Douala. Suivra une marche le 16 juillet. Les séances de mammographie et d’échographie mammaire le cas échéant, c’est à partir de ce mardi 12 juillet 2016 ». Par ailleurs, cette dernière et les autres interlocuteurs, plus haut, recommandent de connaître son sein : « il faut prévenir son médecin en cas de symptômes tels que : le plissement ou froissement de la peau du sein, l’écoulement (eau-sang-lait) hors allaitement, le mamelon rentré, douleurs permanentes dans le sein, masse ou boule, éruption ou augmentation d’un sein ». En guise de mesures préventives, il est conseillé de manger moins et mieux, consommer moins d’alcool et surtout « pratiquer l’activité physique. Le sport permet de réduire le risque du cancer de sein à 30 et 40% », laisse entendre Pamphile Ken, Directeur du Parcours Vita de Douala.

Encadré

En cinq ans, près de 2000 femmes sensibilisées


Créée en 2012, l’Association « Run For a Cure Africa Cameroon » inscrit son engagement dans la ferme volonté de créer une plus grande prise de conscience du cancer du sein au Cameroun par la sensibilisation ciblée et l’éducation grâce à des alliances stratégiques locales et internationales. La vision de l’association est de transformer 80% du taux de mortalité au cancer du sein en 80% de taux de survie. A cet effet, ce mouvement offre aux femmes à revenus modestes la gratuité du dépistage, contribue à l’allègement du coût inaccessible du traitement, facilite la rencontre avec les spécialistes pour un accès direct à toute information et aux soins. Le but étant de briser le cycle de la peur, de dissiper les mythes et susciter une prise en main responsable de leur santé mammaire. En cinq ans, « Run For a Cure Africa Cameroon » a sensibilisé près de 2000 femmes, offert gratuitement à environ 600 des mammographies et échographies mammaires. « Nous entendons poursuivre notre combat auprès de la gente féminine dont l’environnement, les modes et conditions de vie, mais aussi l’histoire individuelle pourraient exposer au cancer du sein », certifient les membres.
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
Linda Mbiapa, stg | La Nouvelle Expression
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES