MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
L'impossible redressement de Camair-Co
Source, auteur, copyright
Serge Alain Godong | 237online
Suffit-il d'un énième changement de manager - le sixième du genre, depuis la création de la compagnie, en 2009 - à la suite d'un plan dit de relance validé par le président de la République il y a trois semaines, pour sauver une compagnie de navigation aérienne notoirement condamnée ?
     Date de publication: 26-08-2016   12:00:32
En dépit de la démultiplication des agitations et des farandoles autour de Camair-Co, grand est depuis longtemps le pessimisme des experts et autres observateurs, tant internes qu'externes à l'entreprise, pour affirmer que, quel que soit le bout par lequel on prend les choses, le destin de cet autre grand chantier de Paul Biya est tout simplement condamné.

Condamné d'abord par le manque d'argent. Tout le monde le sait : il sera impossible à Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances éternellement sous la pression de sollicitations sans fin, de trouver – même partiellement – l'argent qu'il lui est demandé de mettre sous la table, pour relancer la compagnie.

Dans le plan américain, il est question en effet de quelques 100 milliards de F. CFA. Argent devant servir pour une part (35 milliards F. CFA) pour l'apurement de la dette et pour une autre (65 milliards F. CFA) pour le rachat d'un outil de production adéquat. Comment trouver ledit argent ? Silence, tant des Américains que de la partie camerounaise. Personne n'a donc, à ce jour, la moindre brindille de solution, concernant un début de commencement pour le financement de Camair-Co.

Deuxième problème : la très faible implication du Conseil d'administration et de la Direction générale, dans l'échafaudage des propositions signées par le président de la République à travers le plan Boeing Consulting. Pour le dire simplement, il est en effet difficile de comprendre comment les deux principales instances de gouvernance quotidienne de l'entreprise peuvent être laissées de côté et autant méprisées par le gouvernement, qui proclame pourtant son volontarisme à redresser Camair-Co.

Comment donc prendre au sérieux de telles énoncés, alors que – quotidiennement – ceux qui œuvrent à la bonne marche de la Maison ne sont pas écoutés et sont même, au contraire, ignorés, humiliés ? Troisième problème : la culture d'inefficience et d'improductivité généralisée dans quelle baigne un système de gouvernance public notoirement tourné contre la rigueur et l'efficacité. Camair-Co n'est en effet que le pâle reflet d'un système de prise de décisions économiques qui fonctionne sans cap, sans direction, comme un bateau à la dérive, avec un Etat totalement perdu. Le choix d'un manager venu – une fois de plus de l'étranger, un comme si telle était nécessairement la solution – ne vient que davantage s'inscrire dans un horizon de fuite en avant permanant oo tout le monde se voile le visage devant les vraies faillites du pays. Qu'attendre donc de Camair-Co, de son nouveau directeur général et de son plan de relance ? Pas grand-chose qui vaille, dans ce monde cruel où la vie n'est pas autorisée à ceux qui se gavent d'illusions et d'imprécations permanentes.
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
Serge Alain Godong | 237online
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES