MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Perpectives MNB No 4 - COMMENÇONS PAR LES PME POUR NOUS ENTRAINER A L’EMERGENCE
Source, auteur, copyright
© Mouvement Nkul Beti - Ecrit par Célestin NKOU NKOU
Consultant en Management
cnnpremier@gmail.com
Au moment où la ville de Douala s'apprête à accueillir son tout premier forum international dédié aux petites et moyennes entreprises (PME), du 17 au 24 novembre 2012, c’est une occasion pour toutes les forces vives de notre pays, gouvernants et gouvernés, de revoir nos méthodes et stratégies, afin de savoir si nous répondons vraiment aux normes en matière de création d’entreprises.
     Date de publication: 12-11-2012   13:33:11
      Télécharger
En effet, la PME est comme le petit poisson qui deviendra grand. Elle mérite pour cette analogie, toutes les attentions et les bonnes intentions possibles. La création d’entreprise n’a de limite que celle de l’imagination de l’homme. En réalité, il y a autant d’idées d’entreprises que d’individus au Cameroun. Heureusement, il existe aussi un énorme potentiel naturel, social, économique et politique à explorer et à exploiter, capable de générer autant de profits, d’avantages sociaux, économiques et vitaux qu’il serait insensé de négliger. C’est pourquoi l’incitation à la création des PME doit être un sujet de préoccupation nationale, qui interpelle tous les Camerounais et Camerounaises sans exception, résidents ou non.

Les Hommes, les idées, les conseils, les appuis financiers et techniques peuvent être comparés à de la semence, et la finalité à un arbre fruitier. Il existe le même rapport intangible entre les idées, les conseils, les soutiens financiers et techniques et la finalité, qu’entre les semences et les arbres fruitiers. Qu’importe que nous créions des PME différentes dans différents secteurs, dans différentes régions, pourvu que nous arrivions au même P.I.B. national, à la même valeur ajoutée. La PME persiste même au sein des divergences d’idéologies politiques, au-delà des conjonctures économiques et voire, au travers des crises de pauvreté.

Puisqu’on peut juger de la grandeur d’une nation par la façon dont les PME y sont traitées, tout système économique qui néglige les facteurs d’emploi, de revenu et de richesse est comme une statue d’argile. Il a l’air d’être vivant, et pourtant il lui manque le souffle, le sang, la chair, les os, et donc la vie de l’être. Même dans les pays où règne la dictature et la censure, l’entreprise en général, mais particulièrement les très petites entreprises (TPE) et les PME apparaissent comme étant les seules entités démocratiques qui assurent au plus faible, les mêmes produits, services et bénéfices qu’au plus fort. Vu sous cet angle, la TPE représente le socle de l’humanité. Et si elle est ce socle, alors l’avenir appartient aux hommes entreprenants. Sinon, qui peut séduire la femme, mère de l’humanité, avec plus d’efficacité que l’homme entreprenant ?

Par extension, l’entreprise est une aventure passionnante qu’il faut vivre et non un risque à prendre. Au fait, il paraît que certains camerounais n’aiment pas entendre le mot ‘entreprendre’. Peut-être parce qu’il faut ‘entrer’ pour ‘prendre’, mais en trouve t-on de meilleur ? Là où il y a des hésitations à comprendre l’importance et le bien fondé de créer, il n’y a pas d’entreprise et par conséquent il n’y a pas de vie comme à la lune.

De toute façon, même si la contribution des PME au PIB reste marginale, ces dernières forment tout de même les 90% de notre tissu industriel et occupent également près de 80% de la population active. En d’autres termes, cela signifie que le secteur privé qui demeure le plus gros employeur de tous les temps, compte sur son moteur, les PME, créatrices d’emplois, de revenus, de richesses et d’impôts. Au vu de ces arguments qui précèdent, la famille, les amis, l’Etat, les collectivités territoriales décentralisées, les chambres consulaires, les mouvements patronaux, les syndicats, les associations professionnelles, les partis politiques, les bailleurs de fonds internationaux, les confessions religieuses, la diaspora, les multinationales, les universités, les grandes écoles, les banques, les institutions de microfinance, les établissements financiers non bancaires (EFNB) et toutes les tontines devraient donc se lever comme un seul homme pour soutenir la naissance et la vie des PME. Nous rêvons d’un Cameroun émergent à l’horizon 2035, dans une vingtaine d’années seulement. Nul Homme qui aime son pays et sa famille, ne peut les aider à progresser s’il ose négliger la moindre initiative, et partant la très petite entreprise.

Dans notre environnement caractérisé par plusieurs maux tels que : le mépris des micro-entrepreneurs, la sous-estimation des PME, la corruption, le classement médiocre à l’indice du ‘doing business’, les lenteurs administratives, la réticence des banques, le désengagement de l’Etat et les nombreux conflits d’intérêts, au lieu de nous endormir profondément sur les deux oreilles,… comme dans le ‘discours de la méthode cartésienne’ : réveillons-nous, partons sur le bon pied des PME pour nous entraîner à l’émergence. C’est un noble défi à relever. Voilà ce que démontre le tableau de facilitation de création des PME ci-dessous.

Agrandissez l'image ici


Tableau de facilitation de création des PME ci-dessous
   Commentaires - [Total : 2]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Mouvement Nkul Beti - Ecrit par Célestin NKOU NKOU
Consultant en Management
cnnpremier@gmail.com
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES