MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Violences au Gabon: « Stop aux dérapages! » implore le demi-frère d'Ali Bongo
Christian Bongo, l'une des figures de proue de la fratrie Bongo, se démarque clairement de son demi-frère Ali dans la crise qui secoue actuellement le pays, après les résultats de l'élection présidentielle.
     Date de publication: 01-09-2016   16:31:55
[EXCLUSIF] Fils d'Omar Bongo Ondimba et demi-frère d'Ali, Christian Bongo, 49 ans, livre à L'Express les craintes et les -minces- espoirs que lui inspire la crise postélectorale en cours. Autrefois directeur général de la Banque gabonaise de développement (BGD), il occupe aujourd'hui des fonctions identiques à la tête du Fonds de garantie pour le Logement, émanation du ministère de l'Economie.

Comment vivez-vous cette séquence à hauts risques?

Le moins que je puisse dire, c'est que ce qui se passe en ce moment m'interpelle. Jamais, de mémoire de Gabonais, nous n'avons vécu un tel épisode. Un pays, une population, une province [le Haut-Ogooué, fief historique de la dynastie Bongo], une ethnie même, se trouvent pris en otages du fait de la volonté d'un groupe et de la décision d'Ali. Les citoyens du Haut-Ogooué n'ont rien à voir avec tout ça. Pas plus que la famille Bongo dans son ensemble. Et nous disons tous: stop aux dérapages ! Je m'étonne que les autorités en place laissent la situation se dégrader à ce point.

Espérez-vous encore une révision des résultats officiels?

L'opposition peut bien sûr introduire un recours. Même si à mon sens, cette démarche n'est même pas nécessaire pour que l'on procède au recomptage manuel, bureau de vote par bureau de vote, procès-verbal par procès-verbal, des résultats de la seule province sur laquelle porte le litige. Ensuite, que chacun prenne ses responsabilités.

Croyez-vous vraiment que le régime en place se prêtera à un tel exercice?

Très difficile à imaginer, je l'admets. Car il faut être clair: si le pouvoir accepte, cela signifie qu'il est ouvert à la révision du verdict final. Force est de constater que tel n'est pas le cas à l'instant T.

Pensez-vous que le niveau de violence va décliner rapidement?

Je redoute que le climat ne s'apaise pas de sitôt. D'autant que le contexte socio-économique n'y est guère propice. Les gens en ont marre. Ils veulent l'alternance.

Qu'attendez-vous de partenaires et d'acteurs tels que l'Union africaine (UA), l'Union européenne (UE) ou la France?

Qu'ils nous aident à clarifier les choses. Avec, s'agissant du recomptage nécessaire, le concours d'observateurs et d'experts. La situation est tellement polarisée qu'il faut qu'un intervenant neutre s'interpose entre les deux camps, enclins à camper sur leurs positions, pour sortir de l'impasse. Il y a l'UA certes, mais aussi l'UE, dont la mission a accompli un excellent travail.

Compte tenu de son passé colonial, la France doit-elle faire profil bas?

Non. Elle doit affirmer fermement ses principes. Après tout, elle est un grand partenaire du Gabon, avec des relations économiques et culturelles denses et anciennes. De plus, n'oublions pas qu'il existe une forte communauté française au Gabon ainsi qu'une puissante communauté gabonaise dans l'Hexagone.

A votre avis, dans quel état d'esprit se trouve votre demi-frère Ali?

En dépit de la sérénité affichée, je suppose qu'au fond de lui, il est inquiet, voire gêné. Serait-il l'otage d'un clan de faucons? Un peu facile d'invoquer en permanence l'entourage. Le chef, c'est quand même lui.

Votre soeur aînée Pascaline a-t-elle tenté de contribuer à un apaisement?

La connaissant, j'imagine que oui. Mon aînée a toujours tenté d'infléchir le cours des choses dans le sens de l'ouverture et du dialogue. Elle n'est pas une jusqu'auboutiste.

Là où il est, que peut penser votre défunt père?

Il serait triste. Car ce qui advient va à l'encontre de ce qu'il a toujours prôné : le dialogue, la paix et l'unité.
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES