MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Malversations financières: Voici le hit-parade des entreprises d’État les plus pillées
Source, auteur, copyright
Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
Plus d’une douzaine d’entre elles, avec l’État comme unique actionnaire ou membre du conseil d’administration, sont concernées.
     Date de publication: 08-09-2016   18:08:44
C’est un secret de polichinelle, les entreprises publiques camerounaises ont mal à leur gestion. La preuve avec la vaste opération judiciaire lancée par le Président de la République, Paul Biya, dans le cadre de la lutte anti-corruption au Cameroun, que les médias ont rebaptisé «Opération Épervier». Elle a mis derrière les barreaux plusieurs gestionnaires des fonds publics. Dans son édition du 8 septembre 2016, le quotidien Émergence dresse le «hit-parade des entreprises d’État les plus pillées».

Parmi ces entreprises, on peut citer la CAMPOST: C’est la toute première entreprise en ce moment au Cameroun où les détournements massifs font froid au dos. Plus d’une vingtaine d’affaires réunies sont passées ou sont encore entre les mains de la justice pour des dizaines de milliards de FCFA cumulés détournés soit par des employés soit par des prestataires.

«Au rang des affaires liquidées, on peut citer celles opposant la CAMPOST à Damba Tezi et autres Zamgang Florence Kyen, Mbock David Désiré et Bekale Jean-Marie (047/RG-TCS/2013), portant sur un détournement de 51 millions de FCFA; CAMPOST contre Mvogo Jules Martin et Miste Gisèle (498 millions de FCFA), le dossier No 019/RG-TCS/2015 (Nkéré Alimatou, 54 millions 561 272,315 FCFA) ou encore CAMPOST-quartier Nlongkak contre Ayemag Mpalla Christine ép. Essomba et Fouefack Louise ép. Demanou (96,167 millions FCFA) et autres CAMPOST contre Ngoa’a Ngono François Marcel (61 879 000 FCFA-bureau de poste de Lomié (EST)», peut-on lire.

Pour celles qui suivent leur cours, figure «le procès CAMPOST contre Mbamzomo Jacques Cyrille relativement à 108 millions de FCFA détournés dans les services de CAMPOST (entre Kribi et Ebolowa). Ici, sont soupçonnés de détournement les sieurs Mbamzomo Jacques Cyrille (ex-contrôleur à Kribi) et Olé Ndoutoumou Emmanuel (ex-responsable CAMPOST à Ebolowa). On annonce même un dossier brulant du côté du Nord-Ouest».

La Société de Développement du Coton (SODECOTON): L’ancien Directeur Général Iya Mohammed a été condamné à 15 ans de prison ferme pour le détournement de 4,310 milliards 157 810 FCFA, de 51 millions de FCFA et de 7,5 millions FCFA par le Tribunal Criminel Spécial (TCS). C’était le 3 septembre 2015. «Pour celui qui a dirigé l’entreprise cotonnière de 1984 à 2013, ces montants correspondent respectivement aux dépenses sans rapport avec l’objet social de l’entreprise, à la perception salariale indue de l’ancien DG. À cela s’ajoute le financement accordé au club de football Coton sport de Garoua. Ensuite, le fait pour Iya Mohammed d’avoir ramené son salaire à 1,7 million de FCFA sans l’avis du conseil d’administration», indique Emergence.

Par ailleurs, apprend-on, de concert avec Mahamat Karagama et Mbaiougam Christophe, Iya Mohammed est condamné pour coaction dans le détournement de 6,940 milliards de FCFA relatif à des sorties frauduleuses d’huiles et de tourteaux. Soit un total de 12 180 925 049 FCFA. «Encore qu’une affaire était concomitamment jugée en marge du procès contre Iya Mohammed et concernait huit employés de la SODECOTON accusés de complicité».

Les Aéroports Du Cameroun (ADC): L’Etat, unique actionnaire, a perdu 1,142 milliard de FCFA parce que Roger Ntongo Onguéné y faisait la pluie et le beau temps. Il est allé jusqu’à revendre son véhicule acquis à moins de 17 millions à environ 45 millions de FCFA à l’entreprise. Encore que pesait déjà contre lui, une autre condamnation de 12 ans de prison pour détournement de 175 millions de FCFA, au moyen de l’attribution de marchés publics jugés fictifs ; puis une seconde de 30 ans pour détournement d’une somme de 350 millions FCFA.

Société Nationale de Raffinage (SONARA): Ici, l’on parle d’un détournement de 128,135 245 millions de FCFA consécutifs à la signature d’un protocole d’accord avec une entreprise, disparus des caisses de la SONARA selon le TCS. Ce qui a entrainé la condamnation à 15 ans de prison ferme de son ancien DG, Metouck Charles. «Il est frappé pour avoir frauduleusement fait disparaître 108 millions de FCFA, puis 20 millions de FCFA avec son ex-chef de service juridiques Edjinguélé Edjinguélé Jean Joule, relativement aux frais de procédure engagée par l’entreprise».

Société Camerounaise de Dépôt Pétrolier (SCDP): Il s’agit au premier chef de 2 125 459 661 FCFA perdus par la société du fait de son ancien Directeur Général, Jean Baptiste Nguini Effa. Celui-ci a par ailleurs été condamné le 13 octobre 2012 à 30 ans de prison par le Tribunal de grande instance du Wouri. En effet, Jean Baptiste Nguini Effa a été épinglé par le Conseil de Discipline Budgétaire et Financière (CDBF) du Contrôle Supérieur de l’État relativement à sa gestion des exercices 2005, 2006 et 2007, portant sur 25 irrégularités ayant alors entrainé au départ, un déficit de 955 083 664 FCFA.

Vient ensuite, selon Émergence, le dossier des 828,713 millions de FCFA pour travaux non livrés contre le sieur Ekotto, un prestataire de service de la SCDP qui a écopé de 12 ans de prison ferme en février 2015 pour n’avoir pas livré les marchés de réaménagement de certains bâtiments de la structure que dirigeait en ce temps-là, Jean baptiste Nguini Effa
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
Par Otric NGON | Cameroon-Info.Net
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES