Click here to send us your inquires or call (852) 36130518
Click here to send us your inquires or call (852) 36130518
Click here to send us your inquires or call (852) 36130518
MOUVEMENT NKUL BETI
Tribune libre
Hommage à Pierre Claver Zeng
Pierre Claver Zeng Ebome, 57 ans, est décédé à l'hôpital Saint-Louis de Paris, le 18 mai.

Telle une rumeur au départ, la confirmation de son décès est vite signalée dans les médias. Il avait quitté la majorité présidentielle dont il est resté fidèle jusqu'à la mort d'Omar Bongo Ondimba, pour rechercher un souffle nouveau dans l'opposition gabonaise.

     Date de publication: 01-06-2010   05:31:36
Candidat aux élections législatives de décembre 2001, Zeng Ebome est élu député. Leader du Mouvement africain pour le développement (MAD), il remporte un siège lors des élections législatives de 2001.

Artiste dans l'âme depuis les années 69-70, c'est en partie au palais présidentiel que Zeng Ebome avait été révélé.

Il est né le 18 septembre 1953 à Ekouasse, dans la province du Woleu-Ntem (au Nord du Gabon). Titulaire d'une maîtrise en Droit, il avait fréquenté l'Ecole nationale des services du Trésor, en France, où il en est sorti Inspecteur central du Trésor peu avant son retour au Gabon en 1985.

Depuis le milieu des années 70, il s'était illustré comme l'un des chanteurs phare du Gabon. Il décède à l'hôpital Saint-Louis de Paris où il avait été évacué après un séjour à l'Hopital d'instruction des Armées, à Libreville. Les causes réelles de sa mort n'ont pas encore été rendues publiques.

Avec la mort de Pierre Claver Zeng Ebome, c'est une figure tutélaire de la classe politique gabonaise qui s'en va. Militant aux premières heures de l'ère démocratique gabonaise, il créa et milita au sein de l'Association pour la promotion du socialisme au Gabon (APSG-Opposition).

Il fit ses débuts politiques au gouvernement, en 1990, en tant que ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative. Il occupa ensuite le portefeuille de la Jeunesse, des Sports, de la Culture et des Arts avant de faire ses preuves au ministère des Affaires sociales, de la Solidarité nationale et de la Famille en 1997. Il devint ministre des Droits de l'Homme et des Relations avec les Institutions constitutionnelles en 1999.

La classe politique gabonaise perd ainsi un camarade et un ami avec lequel elle avait un dialogue constant et fécond que ce soit avec les acteurs de la majorité ou ceux de l'opposition.

Passionné de musique et de culture, Zeng Ebome était fort reconnu pour sa faculté d'adaptation et son courage politique.
1
Hommage traditionnel à Pierre Claver Zeng Ebome par Vincent Sosthène FOUDA
Ekang bëse biso elang elang ééé!
Ééé éee!
Ekang bëse biso elang elang ééé!
Ééé ééé!
Beti benanga m’asug Ekang éée!
Eée éée ééé ééé
Melo’o m’abah,
Maba yi fo
Ekang bolo’o
Esagom
Madzo m’Ekang bolo’o
Esagom
Mëne Ekang mbolo
Esagom
Esangom mbo betoa
Yaaaaaaaaaa!

La gorge nouée par la douleur dans cet océan de larmes
Devant toi, l’extraordinaire sonde de nos traditions


Pierre Claver Zeng fut un artiste engagé, un chantre des traditions Ekang, il nous laisse le souvenir d’une voix chatouilleuse dans un timbre de guitare, une voix déchirante dans la nuit noire de l’Afrique nôtre, une voix identifiable entre toutes parce que singulière, oui plus que tout, inoubliable.
Pierre Claver a écrit de nombreux poèmes chantés, Awu la mort, il en a longuement parlé, il l’a interrogé comme dans nos traditions, il a voulu l’a repoussé au plus loin mais elle a fini par l’emporter.
Pierre Claver fut aussi un homme politique, pouvait-il en être autrement? Il portait sur le Gabon et l’Afrique en général un regard qui pouvait paraître parfois sévère. Mais au fond c’était une douce colombe qui portait sur son bec une lame de feu, mais un feu que seuls connaissent les amoureux, il l’a chanté aussi dans les contours du vol de la perdrix qui territorialise la nation Ekang. Maintenant la route doit se poursuivre sans lui, soyons sérieux tout de même et demandons nous pourquoi l’antilope naine, dont le sacrifice prélude au culte des ancêtres est-elle absente? « L’antilope s’est enfuie à l’orée du petit champ » mais toi Pierre Claver Zeng Ebome tu seras toujours à la lisière du champ avec nous, les vivants et les morts pour la grande danse de l’Esani.
Oui, Pierre Claver Zeng Ebome, après avoir tout donné à la culture Ekang, à la culture africaine, oui tu as voué ta voix tonitruante et parfois tourmenté à la politique. En toi je perds un homme d’écoute et un ami mais je crois que tu étais plus le fil qui nous lie tous à nos traditions, à nous-même, aujourd’hui, ce fil est rompu pour se renouer dans l’au-delà.

Ekang bëse biso elang elang ééé !
Ééé éee!
Ekang bëse biso elang elang ééé!
Ééé ééé!
Beti benanga m’asug Ekang éée!
Eée éée ééé ééé
Melo’o m’abah,
Maba yi fo
Ekang bolo’o
Esagom
Madzo na’a Ekang bolo’o
Esagom
Mëne Ekang mbolo
Esagom
Esangom mbo betoa
Yaaaaaaaaaa!
Vincent Sosthène FOUDA – socio-politologue – Chaire de Recherche du Canada en mondialisation – Citoyenneté et Démocratie – Université du Québec à Montréal
2
Décès de Pierre Claver ZENG EBOME par Ferdinand DITENGOU MBOUMI
Le Gabon vient de perdre l’un de ses valeureux fils – Pierre Claver Zeng Ebome est décédé à Paris dans la nuit du 18 au 19 mai 2010, à Paris en France. Né le 18 septembre 1953 à Ekouasse, dans la province du Woleu-Ntem au nord du Gabon, Pierre Claver Zeng Ebome a fait ses études primaires et secondaires à Oyem, avant de poursuivre son cursus au Lycée technique Omar Bongo de Libreville puis à l’Université Omar Bongo (UOB). Titulaire d’une maîtrise en Droit, il entre à l'Ecole nationale des services du Trésor, en France, et au terme de cette formation il devient en 1985, inspecteur central du Trésor.
Homme de culture, Pierre Claver Zeng Ebome s’est illustré dans les années 70 comme l’un des meilleurs chanteurs du Gabon. Il laisse derrière lui, huit albums et cinq 45 tours. Son œuvre musicale a notamment fait l’objet d’un ouvrage publié chez l’Harmattan sous le titre "Pierre-Claver Zeng et l’Art poétique Fang : Esquisse d’une herméneutique", écrit par Marc Mvé Békalé, enseignant chercheur à l’université de Reims.

Pierre Claver Zeng Ebome, entame sa carrière politique dans l’opposition en créant l’Association pour la promotion du socialisme au Gabon (APSG). Il entre au gouvernement en 1990 au terme des accords de Paris et de la Conférence nationale en tant que ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative. Il est pour un temps ministre de la Jeunesse, des Sports, de la Culture et des Arts. Après quoi, il est tour à tour ministre des Affaires sociales, de la Solidarité nationale et de la Famille en 1997, puis ministre des Droits de l'Homme et des Relations avec les Institutions constitutionnelles en 1999.

Président fondateur du Mouvement africain pour le développement (MAD), Pierre Claver Zeng Ebome est élu député lors des élections législatives de décembre 2001. Par la suite, il devient vice-président du Groupe des démocrates républicains (GDR), un groupe parlementaire composé de députés des petits partis alliés au Parti démocratique gabonais (PDG). Le 8 Janvier 2003, il est porté à la présidence du Conseil national pour la démocratie, un organe chargé de la médiation des différends entre les partis politiques.
Pendant l’élection présidentielle de novembre 2005, Pierre Claver Zeng Ebome soutien la candidature du président Hadji Omar Bongo Ondimba. Après la mort du Président Omar Bongo en Juin 2009, son parti passe dans l'opposition en soutenant la candidature indépendante de Casimir Oyé Mba lors de l’élection présidentielle anticipée d’août 2009.

Pierre Claver Zeng Ebome est l’un des fondateurs de l'Union nationale (UN), créée le 10 Février 2010, par la fusion du MAD avec deux autres partis d'opposition, et regroupé un assortiment de dirigeants de l'opposition; Zeng Ebome a été désigné comme l'un des cinqs vice-présidents.
3
Pierre-Claver Zeng et l’art poétique fang : esquisse d’une heméneutique
Il semblerait que l’on n'ait pas encore pris la juste mesure de l’extraordinaire patrimoine que constitue la chanson africaine contemporaine. Certes, nombre de chanteurs ou de groupes font-ils l’objet d’une reconnaissance méritée, mais tout se passe comme si l’on en restait le plus souvent à l’enveloppe, la musique, les rythmes, sans égard pour le contenu. Or, celui-ci est généralement loin d’être anodin, comme l’a déjà montré Sylvain Bemba dans l’étude qu’il a consacrée, voilà quelques années, à Cinquante ans de musique du Congo-Zaïre (Paris, Présence Africaine, 1984).

On ne peut donc que féliciter Marc Mvé Bekale de nous proposer ici une première approche de l’un des plus grands interprètes de l’Afrique centrale, le poète-chanteur Pierre-Claver Zeng, qui est, avec Pierre Akendegué, l’un des chanteurs les plus représentatifs du Gabon. En intitulant son travail Pierre-Claver Zeng et l’art poétique fang : esquisse d’une herméneutique, Marc Mvé Bekale se place d’emblée sous l’égide du dieu Hermès, généralement associé à l’éloquence et à l’art divinatoire, un don qu’il tenait de son frère Apollon. On dit aussi que son rôle de conseiller auprès d’Héraclès lui avait acquis la réputation de « psychopompe », c’est-à-dire de guide chargé de conduire les âmes des défunts aux enfers.

Il ne faut donc pas s’étonner, dans ces conditions, de la dimension ésotérique que l’auteur prête à la poésie de Pierre-Claver Zeng, une poésie au premier abord difficile, voire hermétique, dans la mesure où elle s’enracine dans l’archéologie de la culture fang. L’importance des rituels d’initiation qui s’y rattachent – en particulier le Byeri – est bien connue, mais il faut toute la perspicacité de Marc Mvé Bekale pour en discerner la richesse et la complexité. Loin de s’apparenter à une simple démarche « folklorique », seule soucieuse de l’apparence et de la surface, cette étude à la fois historique, sociologique, mythologique et formelle entraîne ainsi le lecteur dans une plongée en forme de voyage initiatique à l’intérieur d’une culture fang captée à la fois dans sa complexité et son ambiguïté.

Complexité d’un univers baroque peuplé d’esprits et de créatures inquiétantes, fantômes, monstres, revenants, animaux bénéfiques ou maléfiques… dont les ancêtres demeurent les gardiens vigilants, certes, mais pas toujours très loquaces. L’étude glisse alors vers une quête des origines, d’autant plus problématique qu’un certain nombre de repères tendent à s’estomper et que la symbolique elle-même se trouve souvent brouillée par l’adoption des valeurs étrangères importées d’Occident. Le vol de la perdrix délimite-t-il toujours les contours du territoire de la nation fang, et pourquoi l’antilope naine, dont le sacrifice prélude au culte du Byeri est-elle absente : « l’antilope s’est enfuie à l’orée du petit champ » constate, amer, Pierre-Claver Zeng.

Mais pour le poète-chanteur, il s’agit moins de se laisser aller à la nostalgie du paradis perdu que de prendre en compte, à bras le corps, une réalité contemporaine marquée par l’aliénation et l’inéluctable hybridité culturelle. S’il s’alarme à juste titre de cette béance que métaphorise tout un réseau d’images aquatiques négatives, la « source tarie », « le fleuve détourné », le « lac trouble », le « miroir bouffi » dans lequel se contemplent « ceux qui marchent à reculons », le poète ne se veut pas moins engagé dans le combat pour une renaissance africaine qui le conduit à apostropher rudement certains de ses contemporains qui refusent de prendre la juste mesure du péril : « le sommeil, n’est-ce pas le mal d’aujourd’hui ? », interroge-t-il.

A tous ces tièdes, ces bâtards culturels, Pierre-Claver Zeng oppose donc la parole de « ceux qui savent », et il les invite à rejoindre « l’abâ » ou maison des hommes, véritable centre géographique et symbolique du village, d’où s’origine toute la culture fang. A l’image d’un continent figé dans le souvenir d’une grandeur passée, qui est à ses yeux l’obstacle majeur à la construction de la modernité, Pierre-Claver Zeng oppose donc, comme le fait d’ailleurs son compatriote Laurent Owondo, le projet d’une Afrique dynamique apte à mobiliser toutes les énergies et les ressources dont elle dispose, et qu’elle ignore trop souvent. L’auteur d’Au bout du silence, également fortement ancré dans l’univers traditionnel gabonais, ne déclarait-il pas, il y a quelques années, à propos de la réécriture du mythe dont participe son roman, « pour ma part, je n’ai pas voulu donner une vision idéalisée du passé. Je n’ai pas voulu présenter deux aspects de l’Afrique qui s’excluerait mutuellement ». Et il ajoute « Pour parler d’une manière plus concrète, peut-on dire que nos comportements d’Africains d’aujourd’hui, nos rapports avec nous-mêmes et avec les autres, voire avec notre environnement, n’ont absolument rien à voir avec notre passé, notre mémoire ? Il ne s’agit donc pas de faire du folklore. Il s’agit d’interrogation. Interroger le passé en le juxtaposant au présent » (Notre Librairie, N° 105, avril-juin 1991).
A l’instar du « docteur-feuilles » haïtien, sûr de sa connaissance des « simples » dans la guérison des maux du corps, le poète entend se servir de la Parole pour vaincre la passivité de ses compatriotes. C’est tout le sens de l’allégorie du « Mibom Melan », ce paquet de fétiches qui renferme la plante utilisée dans le rite pour « ouvrir les yeux » du profane et lui livrer accès à un monde nouveau.

Mais ce projet ne serait que discours creux sans la magie du verbe de Pierre-Claver Zeng, dont, en spécialiste averti, Marc Mvé Bekale rend compte en montrant que la fonction du passeur de cultures qui est ici celle du chanteur gabonais, ne serait rien sans la véritable recréation à laquelle il procède, et qui repose pour une large part sur un ensemble de stratégie qui puisent dans l’arsenal infini des ressources poétiques (métonymie, synecdoque, ellipse, etc…). Quel que soit le travail de réécriture qui préside à la seconde partie du volume dédiée aux principaux textes de Pierre-Claver Zeng, on ne manquera pas de juger parfois difficiles d’accès, voire opaques, mais n’est-ce pas là la caractéristique de tous les textes fondateurs, plus particulièrement en Afrique, où la pratique de l’ellipse et de l’esquive – « l’obliquité sémantique » dont parle Michaël Riffaterre – est souvent l’obstacle délibéré placé sur la route du candidat à la connaissance.

 
     
 
LIBREVILLE, (AGP)- Le député Pierre-Claver Zeng Ebome est décédé en France dans la nuit de mardi à mercredi de suite d’une maladie.

Député du Mouvement africain pour le développement (MAD), un parti qu’il avait créé à la suite de sa démission de l’Association pour le socialisme au Gabon (APSG).

Zen Ebome longtemps proche de l’ancien chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, a viré dans l’opposition lors de la dernière élection présidentielle anticipée d’août dernier.

Le député du canton ‘’Elelem’’ dans le département du Woleu (nord) depuis 1990, a soutenu ouvertement lors de ce scrutin jugé crucial par beaucoup d’observateurs, l’ancien premier ministre Casimir Oyé Mba qui s’était retiré de la course 24 heures avant la tenue de ce scrutin.
Au sortir de cette échéance électorale, feu Zeng Ebome décide de dissoudre son parti le MAD pour rejoindre l’Union nationale (UN), nouvelle formation politique de l’opposition dans laquelle il occupait le poste de vice-président.

Hormis son engagement politique, ce fils de la province du Woleu-Ntem s’est fait connaître au grand public par ses chansons qui ont bercé au moins deux générations des gabonais.

Pierre-Claver Zeng Ebome a d’ailleurs été un des maîtres de plusieurs artistes chanteurs notamment l’équato-guinnéen Maélé Ndong.
 
     
 
Par Jacques Chevrier
Directeur de l’Institut International d’Etudes Francophones
Université Paris IV - Sorbonne
4
Décès Pierre Claver Zeng Ebome: les Gabonais réagissent - Écrit par Murielle MENDOUA
Libreville, 19 mai (GABONWES) – Dès l’annonce de la mort, ce mercredi à l’hôpital Saint-Louis de Paris, en France, de Pierre Claver Zeng Ebome, homme politique gabonais et homme de culture, de nombreux habitants de la capitale gabonaise, contactés par GABONEWS, se sont déclarés « profondément affligés par cette disparition ».

« Je suis particulièrement touchée par la mort de Pierre Claver Zeng. J’en suis presque troublée au moment où je vous parle, car c’était un homme très humble, humain et simple que j’ai eu à côtoyer très souvent », a déclaré Mme Bouanga. 
Pour sa part, Mme Ondo, qui a fondu en larme au micro de GABONEWS, a exprimé sa « profonde douleur » par rapport à ce décès. 

« Une double perte: à la fois pour le monde culturel que politique Gabonais. C’était quelqu’un qui savait se rendre utile pour son prochain en cas de besoin, concernant les jeunes artistes, qui, pour donner des orientations ou prodiguer des conseils allant dans le sens de l’amélioration de leurs différentes œuvres », a-t-elle expliqué. 

Dans le même sens, elle a ajouté que sur « le plan politique, je pense qu’il a fait tout ce qu’il pouvait, vu qu’il a longtemps milité au Parti Démocratique Gabonais (PDG), puis tout récemment à l’opposition où il a été parmi les pères fondateurs du tout nouveau parti de l’opposition Gabonaise Union Nationale ». « Je pense qu’il avait ses points de vue », a conclu Mme Ondo. 

Selon Wilfrid Ntoutoume, étudiant Gabonais, c’est « une grande perte pour la nation Gabonaise et plus encore pour l’Union Nationale, le parti politique pour lequel il a beaucoup œuvré pour sa création. C’est vraiment un coup dur pour cette formation politique qui vient seulement d’obtenir sa légalisation ». 

Pierre Claver Zeng Ebome tire sa révérence dans sa cinquante septième année. Il a vu le jour à Ekouasse, dans la province du Woleu-Ntem dans le nord du Gabon. 

Avant sa disparition, l’homme figurait parmi les vice-présidents de la nouvelle plate forme de l’opposition, Union Nationale (UN) après la dissolution de son parti le Mouvement Africain de Développement (MAD) pour lequel il détenait le seul siège de député.

Il animait en outre le Conseil national de la démocratie né des recommandations de la Conférence nationale de 1990.

Le Gouvernement, réuni ce mercredi en Conseil des ministres s’est déclaré « très profondément marqué » par ce décès tandis que sa formation politique, l’Union nationale a invité « ses militantes et ses militants, ses sympathisantes et sympathisants, ainsi que l’ensemble du peuple Gabonais à se retrouver dans la prière et le recueillement pour accompagner dans la paix et dans la dignité, cet illustre Patriote et combattant de la démocratie qui vient de nous quitter ».
5
Gabon : Pierre Claver Zeng s’en est allé
Pierre Claver Zeng Ebome est décédé à Paris dans la nuit du 18 au 19 mai 2010. Récemment désigné par la presse comme un "crooner politicien", il a bercé en effet le Gabon de ses compositions musicales durant trois décennies. Loyal jusqu’au bout avec le défunt président Bongo, il est reparti dans l’opposition à la mort de celui-ci et était l’un des membres fondateurs de l’Union nationale (UN), nouveau parti de l’opposition. Le parcours d’un artiste et homme politique atypique…

ierre Claver Zeng Ebome est né le 18 septembre 1953 à Ekouasse, dans la province du Woleu-Ntem dans le nord du Gabon. Après son enseignement primaire et secondaire à Oyem, il a poursuivi son cursus au Lycée technique Omar Bongo puis à l’Université Omar Bongo à Libreville. Titulaire d’une maîtrise en Droit, il est entré à l'Ecole nationale des services du Trésor, en France, et est devenu inspecteur central du Trésor à son retour au Gabon en 1985.

Entre temps, depuis le milieu des années 70, il s’est illustré comme l’un des chanteurs phare du Gabon et l’est resté, même si sa carrière artistique s’est estompée avec son entrée en politique. Il n’en a pas moins laissé huit albums et cinq 45 tours. De la centaine de chansons qu’il a composé (publiées ou non), on se souviendra, entre autres, de "Assoum", "Bibulu", "Bidiza", "Eya Moan", "Ekang Ye Ngom", "Essap", "Moan Essogha", "Mvele", "Nkoum Ekeung".

L’œuvre musicale de Zeng Ebome a notamment fait l’objet d’un ouvrage publié chez l’Harmattan sous le titre "Pierre-Claver Zeng et l’Art poétique Fang : Esquisse d’une herméneutique", écrit par Marc Mvé Békalé, enseignant chercheur à l’université de Reims.

«Il aura marqué les gens de part la quintessence de ses textes. Il était très énigmatique et très engagé dans ses textes. En son temps, on peut dire qu’il faisait du rap, il était contestataire et menait un combat par rapport à l’amélioration des conditions de vie des gabonais», témoigne Christian Bekoung, responsable de Starcom Events.

Pierre Claver Zeng Ebome entame sa carrière politique dans l’opposition en créant l’Association pour la promotion du socialisme au Gabon (APSG). Il entre au gouvernement en 1990 en tant que ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative. Il est pour un temps ministre de la Jeunesse, des Sports, de la Culture et des Arts. Après quoi, il est tour à tour ministre des Affaires sociales, de la Solidarité nationale et de la Famille en 1997, puis ministre des Droits de l'Homme et des Relations avec les Institutions constitutionnelles en 1999.

Lors des élections législatives de décembre 2001, Pierre Claver Zeng Ebome remporte le deuxième siège du département du avec 52,11% des voix. Par la suite, il est le seul candidat du Mouvement africain pour le développement (MAD), formation dont il est le président fondateur, à remporter un siège lors des élections législatives 2001-2002. Au cours de sa législature, il est vice-président du Groupe des démocrates républicains (GDR), un groupe parlementaire composé de députés des petits partis alliés au Parti démocratique gabonais (PDG). Le 8 Janvier 2003, il est porté Président de la Conseil national pour la démocratie, un organe chargé de la médiation des différends entre les partis politiques.

Zeng Ebome soutien la candidature du président Omar Bongo à l’élection présidentielle de novembre 2005. En tant que représentant de la majorité présidentielle, il prend part à la Commission conjointe la majorité-opposition concernant la réforme du processus électoral. Au cours de la législature qui a suivi l’élection législative de 2006, il était un membre ordinaire du groupe parlementaire RDA.

Après la mort d’Omar Bongo en Juin 2009, son parti passe dans l'opposition, soutient la candidature indépendante de Casimir Oyé Mba lors de l’élection présidentielle d’août 2009. Ce positionnement contre le candidat du PDG le ramène dans l’opposition après de longues années de loyauté envers Omar Bongo.

Le 10 décembre 2009, les dirigeants de l'opposition, Zeng Ebome y compris, annoncent le projet de création d'un nouveau parti d'opposition unie. Zeng Ebome organise à cet effet un bref Congrès extraordinaire du MAD, le 8 Février 2010, au cours duquel il confirme que son parti cesse d'exister. L'annonce est suivie par le lancement d'un parti d'opposition unifiée, l'Union nationale (UN), le 10 Février 2010. L'UN a été créée par la fusion du MAD avec deux autres partis d'opposition, et regroupé un assortiment de dirigeants de l'opposition; Zeng Ebome a été désigné comme l'un des cinq vice-présidents.

Le quinquagénaire à l’allure éternelle de jeune premier a été récemment hospitalisé à l’Hôpital d’instruction des armées de Libreville. Il décède à l’hôpital Saint-Louis de Paris où il a été évacué, de calculs dans la vésicule biliaire disent certains, d’un cancer du même organe assurent d’autres. Il restera pour les Gabonais un pionnier de la musique contemporaine et un acteur mémorable de l’échiquier politique.

Source: Gaboneco-LVDPG
6
Pierre-Claver NZENG : l’adieu des Gabonais de l’extérieur !
La communauté gabonaise et les amis du Gabon se sont rassemblés très nombreux à l’église saint Joseph des Nations pour un dernier adieu à Pierre-Claver NZENG. La messe très émouvante a duré près de deux heures. La dépouille sera à Libreville mardi 25 mai 2010 autour de 17 h.

Nous sommes dans le temps du deuil mais le temps des vérités viendra ! En rendant un hommage singulier à Joseph Rendjambè ce week-end à l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort jour pour jour, les Gabonais seront frappés par la concomitance et la symbolique des dates pour ne se faire abuser par personne.

Bruno Ben MOUBAMBA
7
Gabon: des milliers de personnes accueillent le corps d'un opposant-chanteur
Plusieurs milliers de personnes ont accompagné mardi soir dans les rues de Libreville le corps de l'opposant et chanteur gabonais Pierre Claver Zeng Ebome, décédé la semaine dernière à Paris, selon les images de la télévision gabonaise.

Plusieurs milliers de personnes ont accompagné mardi soir dans les rues de Libreville le corps de l'opposant et chanteur gabonais Pierre Claver Zeng Ebome, décédé la semaine dernière à Paris, selon les images de la télévision gabonaise.

Un concert avec de nombreux artistes gabonais devait avoir lieu mardi soir au gymnase omnisports Omar Bongo en hommage à celui qui a souvent été surnommé le "crooner politicien".

Mercredi, après un hommage de l'Assemblée nationale, la dépouille sera exposée au siège de l'Union Nationale (UN), un des deux principaux partis d'opposition, avant une messe en la Cathédrale Sainte-Marie de Libreville, selon le programme de ses obsèques.

Jeudi, le corps de Pierre Claver Zeng Ebome doit être transféré à Oyem (nord) pour une messe à la cathédrale Saint-Charles, avant d'être transporté vendredi dans son village d'Ekpwas, proche d'Oyem, où il sera inhumé samedi.

Agé de 56 ans, Zeng Ebome avait été admis dans un hôpital de Libreville au mois d'avril avant d'être évacué en urgence vers la France où il est décédé le 19 mai.

Plusieurs fois ministre entre 1990 et 2000, il a notamment eu les portefeuilles de la Fonction publique, de la Jeunesse, Sports et Culture ou encore des Affaires sociales.

Fondateur du Mouvement africain pour le développement (MAD), Zeng Ebome était entré dans l'opposition à la mort du président Omar Bongo Ondimba en 2009 et avait fait partie des personnalités qui ont fondé en février 2010 l'Union nationale, fruit de la fusion de plusieurs partis et de l'adhésion d'anciens barons du régime.

"Dans le milieu des années 70, il s'est illustré comme l'un des chanteurs phare du Gabon (...), a laissé huit albums et cinq 45 tours et une centaine de chansons", selon le site internet Gaboneco.com.

Source http://www.tdg.ch

Hommage rendu au chanteur Pierre Claver Zeng par le collectif Dzam ene va
   Commentaires
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
Afidi  19-05-2011   /04:25:59 | Nfolo Ediñg, Essap Enying = Ta berceuse, la Clef de la Vie
Nfolo Ediñg, Essap Enying

Se foé mintié, enying, é mvet e yëgë, tege ye nvebe wöә !

Ayăb alù tege ye wŏ. Okplãl mvùk, alù a tële, bidĩm !

Minsili mìe tege aï eyălàn’ !

Ă nsùt Mong’ y’Olong, wa lik Bengon’ böә y’Afrika aï zà à dibi ëtë nà ?

Bengon’ y’Afrika, bà yi wŏ, bà dzëng wŏ, â Nnëm, Essap Enying !

Bi bége bì mane ya héle à miss ! Mi nnëm mi mane ya kot !

Minsili mìe mìse tege aï eyãlan’ !

Bengon’ böә y’Afrika bë lumu etàm’, anë mvet dzoe, bà yi ve wŏ, â mfañ măn Ekang !

Aloa lë vogolo,
kàm nä lë wok nsang mvet e nfolo măn Fang, nfolo ediñg, nfolo enying !

A nyu lë fidigi nvebe ediñg, nvebe enying, nvebe nsut Mong’ y’Olong !

Bengon’ böә y’Afrika bà nyùk á dìbi été, báke bá bop, bê dzëng Essap enying,
aloa lë vogolo !

Bia, Bengon’ y’Afrika, bia yi a nfolo ediñg, nfolo enying, nfolo măn Fang !
Bia, Bengon’ y’Afrika, bia yi nvebe ediñg, nvebe enying, nvebe mfañ măn Ekang !
Bia, Bengon’ y’Afrika, bia yi nsut Mong’ y’Olong, Essap Enying !

Ngë Okplãl o ngá bar long, wŏ lik bĩa aï zá ? bĩă fidi zá mfǝ ?
ã Mòngò yã Dză, ã Nfolo Ediñg, Essap enying !

Mbol mbeng wöә wa ndzeki yili Assoum-Metom ban Dzongo-Ebue, ye be bogo vé ?
Bia, Bengon’ böә y’Afrika, bia yanga biyalan ngë NKUL NTI Beti!
Bi toa á melunga ya ? Nfolo Ediñg a nȩ ? Essap Enying a ne vé ?
Bengon’ y’Afrika, ESAMBA NKODE SI !
Afidi ban Affiddi


Ta berceuse, la Clef de la Vie

Ce n’est pas tant la paralysante nouvelle la douleur,
mais le quotidien avec ta guitare sans ton souffle d’initié !

La douleur lancinante, le quotidien dans la nuit persistante sans toi !
Même la Perdrix s’est recluse depuis lors et le Jour ne se lève pas toujours !

La douleur lancinante, tes questions et autant de défis toujours sans réponse !

Toi, nsùt Mong’ y’Olong,
à qui confies-tu tes Bengon’ y’Afrika au cœur de ces ténèbres ?

Tu manques aux Bengon’ y’Afrika et elles te recherchent éperdument,
toi leur Amour, toi leur Clef de la Vie !

Toutes les sources de leurs larmes ont tari et leurs cœurs sont desséchés !

Et toutes tes questions demeurent toujours sans réponse !

Tes Bengon’ y’Afrika sont abandonnées à elles-mêmes ! Comme ta guitare,
elles n’attendent que toi, l’éblouissant măn Ekang « Flambant toujours neuf » !

L’oreille en alerte, espérant ta berceuse et tes accords, ta berceuse, la clé de la vie !

La bouche prête pour ton souffle d’initié,
l’air de ta berceuse, ton souffle de vie unique !

Tes Bengon’ y’Afrika se démènent dans l’obscurité et contre le doute tragique,
grâce à ton souffle d’initié ! Elles fouillent partout et recherchent éperdument
leur Clef de la Vie, l’oreille en alerte !

Tu nous manques !
Ta berceuse et ton souffle d’initié nous manquent !

Si la Perdrix retrouve ses esprits et que le Jour se relève un jour,
à qui nous confieras-tu alors, toi, Mòngò yã Dză ?
et comment vivre alors sans Ta Berceuse, La Clef de la Vie ?

Soit des Réponses !
Soit AU FRONT AVEC LE SEIGNEUR des Seigneurs de la forêt !

Puisqu’Assoum-Metom et Dzongo-Ebue tiennent tête à ton coup de massue,
à nous, Bengon’ y’Afrika, de les assommer ! Où se nichent-ils ?
Pourquoi consentir à la désespérance ?
sans Nfolo Ediñg, où retrouver Essap Enying ?
BENGON’ y’AFRIKA,
AU FRONT AVEC LE SEIGNEUR des Seigneurs, LE SAUVEUR DU MONDE !
Afidi & Affiddi
 
Autres Liens Internet
1.  Allafrica.com
2.  http://gaboncultura.blogspot.com/
MENTIONS, COPYRIGHTS
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
Le peuple ekang
Le peuple ekang se retrouve aujourd’hui au Cameroun, au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo, à Sao-Tomé et Principe, en Angola et dans la diaspora. « On parle d’environ 12 à 14 millions d’hommes et de femmes unis par une histoire, un parlé différent d’une langue la nuance est nécessaire ici, une cuisine, des us et coutumes qui leur sont propres et les différentient des autres peuples bantou. »
12-05-2013
Bonne fête maman
TOP VIDEO
Récit Mvett ALUM NDONG MINKO du maître-conteur MVOMO EKO BIKORO
NOS PARTENAIRES

按揭計算機| 買樓| 上車盤| 搵樓| 屋苑| 樓盤| 地產| 租樓| 租盤| 二手樓| 新盤| 一手樓| 豪宅| 校網| 放盤| 樓價| 成交| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 西半山 樓盤| 樓市走勢| 青衣| 西貢 樓盤| 荃灣 樓盤| Grand Austin出售的樓盤

推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄网购| 雪茄哪里买| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄网| 雪茄专卖| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖网| 雪茄专卖店| 网上哪里可以买雪茄| 买雪茄去哪个网站| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 限量版雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄价格| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄|

噴畫| banner| banner 價錢| Backdrop| Backdrop 價錢| 易拉架| 易拉架 價錢| 橫額| 印刷| 橫額印刷| 印刷 報價| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 宣傳單張印刷| 展覽攤位| 書刊 印刷| Bannershop| Ebanner| Eprint| 印刷 黃店| 印刷公司| 咭片| 海報| 攤位| pvc板| 易拉架設計| 海報印刷| 展板| 禮封| 易拉架尺寸| foamboard| pvc| printer| label| print shop| poster| business card| postcard| print services| printing company| name card| hk print| hong kong printing| Leaflet| Printing|

邮件营销| Spread| Email Marketing 電郵推廣|

wms| vending machine| barcode scanner| QR code scanner| SME IT| it solution| rfid tag| rfid| rfid reader| it outsourcing| printing labels| IRLS| IT Support| system integration| software development| inventory management system| label printing| digital labelling| barcode label| Self Service Kiosk| Kiosk| Voice Picking|

Tomtop| Andoer| LEMFO| Anet A8| Xiaomi Roborock S50| Xiaomi M365 Scooter| MXQ PRO| MJX Bugs 5W| Hohem Isteady Pro| Hubsan H501s X4| Anet A6| Dobby Drone| ILIFE V7s| Creality Ender-3| Hubsan H501s| Hohem Gimbal| Trumpy Bear| Amazfit Bip| Hubsan H501s| Vernee T3 Pro| DJI Mavic Air| Anet A8 3d Printer Review| Populele| SONOFF| Homekit| JJPRO X5| LEMFO LEM7| Anet| Koogeek| Hubsan Drone| Wltoys| Feiyu| Zeblaze| Lixada|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| electric bicycle|