MOUVEMENT NKUL BETI
Mobilisation
Le Mouvement Nkul Beti au centre des observations - Kah Walla la figure de l’alternance politique au Cameroun ?
Source, auteur, copyright
© Maurice Ze
Apres une absence de 3 semaines en moyenne, c’est avec plaisir que je me penche sur mon clavier pour revenir sur l’actualité des derniers jours et parler de l’évolution du Mouvement Nkul Beti. La fameuse rubrique « Mouvement Nkul Beti au centre des observations » a été créée pour vous présenter brièvement notre travail, à chaque fois que c’est nécessaire. Naturellement que la situation postélectorale fait aussi l’objet de ce présent article sans oublier Kah Walla, la « nouvelle star » de la scène politique camerounaise.
     Date de publication: 16-10-2011   10:05:53
Les amis du Mouvement Nkul Beti doivent savoir que l’implantation de notre plateforme continue. En ma qualité de coordinateur de ce mouvement, je remercie du fond de mon cœur tous ceux qui suivent avec intérêt nos activités et qui nous encouragent à intensifier nos efforts. MNB évolue lentement mais sûrement. Même après moi, ce mouvement continuera à exister car c’est dans l’esprit des gens que nous agissons. Le Mouvement Nkul Beti est d’abord une question d’esprit et d’émancipation : Si on partage les idéaux de ce mouvement, alors on le vit au jour le jour.
1
Kah Walla la figure de l’alternance politique ?
L’un des grands problèmes du Cameroun résulte dans ce manque de « mobilisateurs » et des gens capables de faire rêver le peuple. Où sont passés les gens qui ont des capacités d’animer le peuple camerounais pour un changement pacifique ou une révolution ?

Si Kah Walla s’est propulsée ces derniers temps comme une alternative pour diriger ce Cameroun c’est tout d’abord parce qu’elle peut communiquer avec le peuple. Elle a réussi en quelque temps grâce sa « façon directe et authentique » à gagner le cœur de beaucoup de camerounais. Elle devient ainsi une alternative réelle pour redonner espoir au peuple camerounais. Elle est encore jeune donc pleine d’énergie et en même temps elle est compétente, alors pourquoi pas elle ?

Je crois que les vrais hommes et femmes politiques en Afrique ne sortiront pas des livres. L’avenir politique appartient à ceux ou celles qui auront le courage d’embrasser le peuple, d’agir sur le terrain et de communier avec eux. Il n’est plus question de soutenir une politique qui reste pour le peuple intouchable. Le temps où la politique était un mystère ou faisait peur est passé car nous tendons vers une participation démocratique des peuples africains. Les hommes et femmes politiques ont donc le devoir de communier directement avec le peuple.
La « minorité dirigeante » a pleinement raison dans ses propos lorsqu’elle dit que l’opposition virtuelle, cette opposition qui se cache derrière les claviers d’un ordinateur, ne pourra jamais diriger le Cameroun. Si on croit que la « minorité dirigeante » acceptera volontairement de démocratiser le Cameroun, on se trompe. La liberté ne se donne pas, on arrache la liberté. Donc les soi-disant leaders politiques au Cameroun doivent nous prouver qu’ils sont prêts à prendre cette liberté par tous les moyens. Dans la situation actuelle, il serait conseillé de ne plus de continuer de rêver d’une alternance pacifique. Nous avons besoin d’un leader qui est prêt à mourir pour le peuple mais pas des leaders qui ne sont prêts à aucun sacrifice.

Kah Walla nous l’a démontré en février dernier en allant au choc avec les forces de l’ordre à Douala. Donc si jamais le peuple camerounais rêve d’un nouveau leader, cette femme représente éventuellement la figure du nouveau Cameroun. De toute façon, elle mérite d’être soutenue. Elle est pratiquement la seule figure dynamique et prometteuse de l’opposition camerounaise.
2
La situation postélectorale au Cameroun
Nous sommes tous soucieux de connaître la direction que prendra la Cameroun après la proclamation des résultats. Si jamais on a misé sur SARKOZY pour arriver à une alternance dans notre pays, les signes actuels ne sont plus favorables. Par la voie du premier ministre français, on note que les enjeux de la France au Cameroun et en côte d’Ivoire sont totalement différents. De même, l’ONU et l’union africaine s’alignent derrière l’idée d’une démocratie avec d’autres normes. En un mot, la communauté internationale et l’union africaine considèrent ce qui s’est déroulé au Cameroun comme « élection acceptable ». Il donc important de souligner encore ici que la liberté ne se donne pas, elle se prend.
En tout cas, c’est un problème de choix. Et cette fois-ci ce choix est simple : Soit nous acceptons encore supporter la « minorité dirigeante » pour une période de 7 ans voire même plus, soit nous nous levons pour un « printemps camerounais ».
3
Mon style direct. La langue de bois m’est inconnue !
Mes lecteurs qui ne cessent de devenir nombreux sont éventuellement fascinés par mon style de présenter les faits ou de communiquer avec le peuple. Le style que j’utilise dans mes articles a le but de produire des messages compréhensibles et émotionnels. Mes textes doivent atteindre la masse, l’animer et la réveiller. La manière de rédiger un message de mobilisation représente selon moi un art particulier pour exprimer clairement notre chemin et nos idéaux. Comme je l’ai déjà souligné, en écrivant mes messages, je joue aussi avec la psychologie des gens car la mobilisation dont je parle toujours représente d’abord une guerre médiatique. Selon moi, une langue de bois n’est pas effective pour développer un esprit de survie dans ce Cameroun ou cette Afrique des vampires. Donc ne soyez surpris que je vous atteigne par des messages qui font couler des larmes à certains et qui provoquent des ressentiments à d’autres. Je suis un guerrier ekang de la nouvelle génération et le média est mon arme principale pour gagner toutes les batailles nécessaires.

Contrairement à ce que d’aucuns pourront penser, tous mes messages tournent autour der l’effectivité et du profit que ceux-ci apporteront au Mouvement Nkul Beti. Même en critiquant, je tiens toujours à produire un effet porteur. Par exemple, dans mon précédent article « The Independent - L’esprit de survie dans ce Cameroun des vampires » il est question de faire comprendre à notre clientèle et en particulier à ceux ou celles qui souhaitent parler au nom du peuple qu’ils ont des comptes à nous rendre. Mon message de mobilisation qui ressort de cet article est clair, il n’est plus question d’agir sans tenir compte de la volonté du peuple. Effectivement on n’a pas encore les moyens de poursuivre telle ou telle personne en justice mais l’arme médiatique que j’utilise pour le moment est très efficace. Cette arme va « rééduquer » ceux ou celles qui souhaitent représenter le peuple.

De toute façon, le cadre de MNB ne vit pas d’un laisser-aller et d’un laisser-faire, il est donc important de protéger à tout prix ce qui fait l’essentiel de notre plateforme.

Notre souhait est de faire de MNB une plateforme de qualité sur tous les plans, et en commençant par le travail effectué par son équipe. Les amis du Mouvement Nkul Beti doivent me juger par rapport à mon travail et l’authenticité de ce que je propage comme message de mobilisation. Un cadre social tel que MNB définit aussi sa qualité en tenant compte du type de clientèle et des gens qui sollicitent ses services. A partir du moment où le caractère de la clientèle de MNB ne passe plus avec nos idéaux, l’envie de continuer à booster s’éloigne de nous. Il est donc normal que je prenne des « mesures draconiennes » pour préserver ce qui donne à mon équipe et moi la motivation de booster l’excellence. Selon moi, on ne peut pas être excellent si autour de nous un monde sans scrupules vient s’installer.
4
Le Mouvement Nkul Beti et son évolution
Quelque soit la situation avenir que nous réserve le Cameroun, nous continuons à travailler pour positionner MNB comme plateforme leader. D’ailleurs, nous sommes plus que jamais persuadés de jouer un rôle majeur dans la reconstruction du Cameroun. Lorsqu’il faudra reconstruire le Cameroun, MNB va s’implanter dans ce pays et œuvrer pour l’excellence. Autrement dit, nous continuons à penser et à évoluer vers plus de réalisme. Naturellement que nous sommes confrontés à des problèmes pratiques comme tout autre grand projet de cet ordre. Vu la situation du Cameroun et de la sous-région, toutes les chances se trouvent malgré tout de notre côté pour mener à bout ce projet.

Etant le membre principal de l’équipe de MNB, les amis du Mouvement Nkul Beti sont naturellement soucieux de savoir plus sur mon état mental, après ma toute dernière grande déception. Je dirais à nos amis que je suis un guerrier ekang de la nouvelle génération. Tant que j’aurais le moindre sentiment de n’être pas arrivé au niveau où je me souhaite pour MNB, je serais encore disposé à travailler pour que la vision autour de MNB devienne une réalité. Les grandes déceptions qui planeraient sur moi en œuvrant pour la bonne continuité de notre plateforme ne représentent que des enseignements à mes yeux. S’il est vrai que les grandes déceptions nous coûtent assez d’énergie et un ralentissement de nos activités, je suis personnellement quelqu’un qui vit son émancipation et qui a un désir énorme de contribuer à la construction d’une société équitable et prospère.

Je n’ai pas toujours changé d’avis que dans ce monde il existe des hommes et femmes d’Honneur. Donc en exprimant ma déception, je dois toujours tenir en considération que quelque part dans les quatre coins du monde, il existe au moins une personne qui œuvre pour une bonne cause sans en mettre en avant son égoïsme.
Je continue de lutter pour un monde équitable et vivable pour tous. C’est l’image principale du Mouvement Nkul Beti que vous deviez retenir car nous nous engageons pour montrer que la société peut fonctionner autrement et positivement. Nous avons les moyens de parler d’une Afrique positive si les représentants du peuple montrent le bon exemple.

MNB est un cadre doté d’une éthique sociale. Nous ne voulons pas faire comme les autres, nous apportons et proposons d’autres éléments qui sont nécessaires pour que les êtres humains de différentes cultures et familles vivent ensemble dans la paix et la prospérité.
Nous nous sommes émancipés par rapport à une vision destructive de la société car la nature prévoit des règles que chacun doit absolument respecter. Il est de ce fait important que les biens communs de la nature soient distribués à tous grâce aux mécanismes nouveaux qui nous rendent plus créatifs et productifs. MNB vient combler ainsi un environnement que nous recherchons en vain, celui permettant aux individus de devenir plus indépendants et compétitifs. C’est important de nous orienter vers une société de production et de comprendre les mécanismes de la productivité. Ce n’est ni la politique ni la fonction publique qui viendra nous donner les revenus dont on a besoin pour nourrir nos familles et construire ensemble la vie commune.

Je souligne encore ici que ce monde en pleine mutation ne réserve de la place qu’aux hommes et femmes capables de s’adapter à sa vitesse. Et celle-ci est déterminée par les moyens de productivités, d’acquisition de la technologie et de nouvelles formes de prestations des services.
5
Poser la première pierre du réseau social du Mouvement Nkul Beti
Pour le moment nous travaillons intensivement pour poser la première pierre de notre réseau social. MNB veut utiliser les atouts que nous apportent les réseaux sociaux aujourd’hui pour générer une partie de ses ressources.
En tenant compte de la grande concurrence qui nous vient de facebook, google+, skype etc., il est important de proposer aux amis du Mouvement Nkul Beti ce que ces géants établis ne pourront pas les offrir. Ce n’est donc pas facile de parler du réseau social du Mouvement Nkul Beti car nous devons arriver à construire des applications web toutes nouvelles afin de créer des préférences.

Mais nous ne désespérons pas, bien au contraire nous évoluons avec une philosophie propre à MNB. Une occasion donc d’annoncer ici la sortie de la première application web qui nous aidera à gagner encore plus d’amis - Si tout se déroule comme prévu, nous allons célébrer très prochainement la culture ekang sur le web d’une autre façon.

En ce moment je suis donc plus un technicien qu’un enfant rebelle de la société ekang. Dans le métier de rébellion, je me considère comme un mobilisateur, par contre le métier de technicien me pousse à travailler intensivement pour livrer des résultats concrets.
En conclusion, si à vos yeux je suis un mystère qui apporte du fantasme dans vos vies, je crois que c’est pour une simple raison : d’un côté je vis mon émancipation et ma liberté. Ne touchez pas à mon émancipation ! (je me trouve encore en campagne électorale) . De l’autre côté je suis un expert dans le domaine des TIC (technologies de l'information et de la communication) et en même temps un social businessmen qui œuvre pour la modernisation de la société africaine à travers l’utilisation et la création des technologies. La combinaison de ces deux aspects me fait vivre dans un monde où je me sens presque invincible et plein de fantaisies. Dans un monde qui nous permet de vivre nos fantaisies nous avons l’environnement adéquat pour se permettre de faire ce que les autres n’oseront pas faire. Si à tout cela je tiens compte que le risque n’a jamais été une raison pour moi de ne pas oser, alors je deviens automatiquement inexplicable.

En un mot, retenez seulement que je suis un guerrier ekang de la nouvelle génération qui travaille nuits et jours.

MNB forever ! The Independent
   Commentaires
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
Autres Liens Internet
1.  Télécharger cet article
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Maurice Ze
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
Le peuple ekang
Le peuple ekang se retrouve aujourd’hui au Cameroun, au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo, à Sao-Tomé et Principe, en Angola et dans la diaspora. « On parle d’environ 12 à 14 millions d’hommes et de femmes unis par une histoire, un parlé différent d’une langue la nuance est nécessaire ici, une cuisine, des us et coutumes qui leur sont propres et les différentient des autres peuples bantou. »
TOP VIDEO
Récit Mvett ALUM NDONG MINKO du maître-conteur MVOMO EKO BIKORO
NOS PARTENAIRES