Click here to send us your inquires or call (852) 36130518
Click here to send us your inquires or call (852) 36130518
Click here to send us your inquires or call (852) 36130518
MOUVEMENT NKUL BETI
Tribune libre
Sorcellerie, un frein évident au développement
Source, auteur, copyright
Ecrit par Celestin NKOU NKOU pour le Mouvement Nkul Beti
© NKOU NKOU Célestin
Comment faire admettre à quelqu’un qui n’a jamais dormi affamé, ou qui n’a jamais jeûné dans sa vie, que la famine existe et que la faim tue plus vite que le VIH/SIDA ? Tant qu’un enfant n’a pas encore trempé son doigt dans l’eau tiède, comment lui expliquer que le feu brûle ? Pourtant, malgré sa blancheur et sa beauté, la neige et son froid brûlent les mains.
     Date de publication: 24-03-2011   04:18:41
En général, beaucoup de gens soupçonnent, négligent, méprisent, redoutent, subissent ou nient simplement l’existence de la sorcellerie. Cependant, aucune de ces attitudes n’ose s’intéresser en profondeur audit sujet de curiosité. Au nom de la science, certains déclarent même que la sorcellerie n’est qu’une chimère, fruit de la superstition et d’une mentalité animiste. Erreur. Il suffit de parcourir les publications, livres, magazines, journaux spécialisés ou pages d’Internet, et l’on découvre surtout en Occident, des annonces du genre : « Cabinet d’occultisme : tarots, divination, sorcellerie luciférienne, culte de satan, rites lunaires, etc. » Qu’on le veuille ou non, des pratiques mystiques et magiques foisonnent, et elles défient la logique de nos explications scientifiques, rationnelles ou spirituelles.

Deux adages des îles créoles rappellent que : « Pa ni lafimé san difé. Lapenn pwofitan[1] ». Au regard des phénomènes étranges qui se développent au sein de nos sociétés tous les jours, même l’observation empirique nous permet d’admettre que la sorcellerie et les sorciers existent parmi les humains. Les athées, les musulmans, les païens et les satanistes le reconnaissent. Les croyants le découvrent dans : 2 Rois 6 : 28-29, passage dans lequel la bible fait allusion à un système de ‘tontine’ où des femmes anthropophages mangeaient leurs propres fils à tour de rôle. Dès lors, on peut parler de la sorcellerie ou magie noire, sans être forcément : ni naïf, ni superstitieux, ni initié, ni magicien, ni apprenti sorcier. En effet, on n’a ni besoin de posséder des dons spéciaux, ni de parcourir des universités pour se douter d’une suite d’évènements paranormaux comme ceux provoqués par les sorciers.

Selon le dictionnaire Hachette : « La sorcellerie ‘pratiques occultes des sorciers’, est un phénomène extraordinaire et mystérieux’. Le sorcier est une personne qui est censée agir mystérieusement sur les êtres et les choses au moyen de pratiques occultes. » Selon Larousse : « La sorcellerie ‘opérations magiques du sorcier’, est la manifestation, l’évènement extraordinaire d’origine mystérieuse, qui semble relever de pratiques magiques, de forces surnaturelles. Le sorcier est la personne qu’on croit en liaison avec le diable, et qui peut opérer des maléfices. » Quant à l’opinion populaire dans nos pays africains, la sorcellerie produit des résultats malfaisants par des imprécations, des invocations, des sortilèges, des liens avec les esprits du mal et les forces des ténèbres. Elle comporte des promesses et des pactes faits avec satan. Il est à noter que le mal est évoqué ici d’une manière globale, tant sous ses aspects multiformes que multidimensionnels. A l’instar du mal, la sorcellerie se manifeste sous des formes descriptibles ou non. Habituellement, ses adeptes se dédoublent sous le couvert de la nuit. Leur esprit invisible peut s’envoler vers d’autres continents en voyage astral, tandis que leur corps visible fait semblant de dormir au même moment sur un lit. Le sorcier n’a qu’un seul dessein : faire du mal, rien que du mal ; tuer par plaisir, même si le tueur n’hérite de rien. C’est pourquoi la sorcellerie est la source des souffrances et des malheurs des humains. Sous un angle purement laïc, la première question à nous poser serait la suivante : « si Deus est, unde malum ? si non est, unde bonum[2] ? »

La deuxième interrogation se formulerait ainsi : « La sorcellerie est-elle une réalité ou simplement, le fait d’un imaginaire provoqué par l’angoisse ou l’ignorance de gens aux prises avec la pression des déboires de la vie ? » La réponse est difficile à fournir, car la sorcellerie, la magie noire ou le vaudou, n’est pas l’apanage des seuls noirs africains. Ces phénomènes étaient déjà pratiqués non seulement chez les peuplades primitives d’antan, mais encore aujourd’hui, ils le sont en Europe, en Amérique, en Asie et partout ailleurs, tant par des bourgeois, des chefs d’Etat, des politiciens, des hommes et femmes d’affaires, des ingénieurs, des médecins, des artistes, etc., que par des populations démunies, jeunes et vieux.

A cause surtout des fléaux résistants comme la maladie et la pauvreté, le recours aux féticheurs, marabouts, magiciens, médiums, voyants et autres vendeurs d’illusions, est monnaie courante en Afrique. Des fortunes inestimables en espèces et en nature, voire des vies humaines sont ainsi sacrifiées chaque jour à ces autels du charlatanisme. Pour gagner aux élections ou pour renforcer leur pouvoir, de hautes personnalités y vont à la recherche des surplus de gloire et de ‘blindage’, et le bas peuple s’y attelle à la poursuite de richesses quelconques. Par rapport à l’engouement relatif, cette course au bonheur confirme la thèse selon laquelle : « la réalité du riche c’est le rêve du pauvre. » Reste à savoir si tout le monde y trouve alors son compte…

De toute façon, la maladie et la mort naturelle demeurent toujours notre épée de Damoclès, simultanément, de nombreuses accusations de sorcellerie relèvent aussi de l’imagination, de la jalousie ou de la calomnie, sans qu’il y ait un fondement vérifiable aux dires des accusateurs. C’est ainsi que des envoûtements authentiques, des actions à distance qui interviennent souvent, ne sont nullement mystérieux. Ceux-ci s’expliquent scientifi-quement dans le cadre de la parapsychologie, de l’hypnose ou du psychotonique. Comme par coutume ces envoûtements et actions prennent une tournure maléfique et nocive, il s’agit là des actes de sorcellerie. Autrefois, ces pratiques étaient surtout héréditaires. La nouveauté de nos jours est que l’entité vampire appelée en dialecte ewondo : ‘évù’ (lire evoû !), se transmet par initiation, par acquisition gratuite ou par monnayage. Certains observateurs soutiennent même que la sorcellerie est une MST, MTSS, MSST ou (MST)² à double vitesse, c’est-à-dire : une Maladie Spirituellement et Sexuellement Transmissible.

Sous d’autres cieux, les inventeurs, les ingénieurs et les médecins utilisent leur évù pour réaliser de grandes œuvres utiles à l’humanité. Chez nous en Afrique, la sorcellerie est plutôt exploitée souvent pour nuire, bloquer, détruire, handicaper, rendre fou ou tuer son prochain. Dans les familles, l’evù est le principal ennemi interne qui n’a ni yeux, ni cœur, ni pitié pour sa propre progéniture ou son conjoint. Les saintes écritures le rappellent d’ailleurs en ces termes : « tu auras pour ennemis, les gens de ta propre maison. » Dans un village, on raconte des récits effrayants comme celui de cette sorcière qui, après avoir bloqué les études scolaires de milliers de jeunes et la prospérité de tout un village, après avoir distribué la stérilité, l’impuissance sexuelle et le non accomplissement à ses propres enfants, est allée confesser ses méfaits auprès d’un pasteur.

De plus en plus nous suivons chaque jour à la radio et à la télé ou nous lisons régulièrement dans des journaux : les aveux de sorciers qui revendiquent des accidents de route ayant tué des centaines de personnes et endeuillé plusieurs familles. De temps à autre il y a, soit des personnes qu’on retrouve enfermées dans des bouteilles de mayonnaise, soit une vieille maman accrochée dans les branches d’un arbre. Ce sont là des signes qui nous démontrons jusqu’où les actes maléfiques des sorciers peuvent se manifester au grand jour. Avons-nous par la suite besoin d’être encore sourds, aveugles ou incrédules ? Donc, l’enfer est vide, les sorciers qui ne sont autres que les agents du diable, pullulent parmi nous sur terre, dans nos villes et villages, dans nos tribus et nos familles.

Qu’est-ce qui provoque la superstition ? Quelle est la cause principale de l’exode rural lequel à son tour, alimente l’émigration clandestine, entraine le dépeuplement des villages et le gonflement des effectifs de chômeurs et d’agresseurs en ville ? Les élites extérieures qui, à force de croire qu’ils peuvent fuir la mort, ne parviennent plus à investir dans leurs bases natales, au lieu d’aller se ressourcer de temps en temps au village, s’exilent plutôt vers d’autres continents. L’esclavage, la domination, le colonialisme, l’exploitation de l’homme par l’homme, le pillage des ressources africaines, la mal gouvernance, l’échec, le tribalisme, la xénophobie, la haine, la procrastination, la criminalité, les guerres civiles ou inter-nations, génocides, sectes, agressions, vols, viols, violences verbales ou physiques, suicides, bagarres sanglantes, assassinats, accidents meurtriers, détournements de fonds publics, escroqueries, corruptions, péchés, bref, tous les malheurs doivent leurs origines aux manifestations démoniaques, engendrées par Goser l’esprit de sorcellerie et diffuseur du mal.

Quelqu’un a dit : « là où la route passe, le développement suit. » Aux alentours de Yaoundé la capitale, il y a encore aujourd’hui en plein 21ème siècle, des zones fortement enclavées où l’on n’entend que le vrombissement des avions qui traversent au lointain, l’espace aérien. Ces contrées entières peuplées de citoyens travailleurs, sont coupées du reste du territoire national. Elles ne seront pas désenclavées du jour au lendemain, malgré 50 ans d’indépendance, et continueront de subir ainsi le sous-développement et la misère. Juste parce que de piètres sorciers parmi nos équipes dirigeantes, ont décrété le blocage et l’impasse au niveau des pistes rurales. Là-bas, ces histoires sorcières à dormir debout, se racontent à ciel ouvert comme des exploits innocents.

Lorsque d’une part, des gens se plaisent ou non au célibat, les ménages ne peuvent procréer , les couples divorcent non-stop, les paysans ne réalisent pas de bonnes récoltes, les jeunes ne poursuivent pas normalement leurs études, les rares diplômés ne trouvent pas le moindre emploi, la route n’arrivent pas chez les producteurs de vivres, les maladies inexpliquées et inexplicables déciment les populations, les fonctionnaires fuient leurs villages, la liste est longue… d’autre part, les féticheurs, les charlatans, les marabouts, les magiciens et les envoûteurs n’arrêtent pas d’arnaquer d’honnêtes citoyens. En semant la zizanie dans les familles, les devins et les soi-disant voyants ‘ayénéboto-alāngmimboû-guéritout-et-rien’ utilisent comme armes : le chantage, la superstition, la terreur, l’autosuggestion et les rites dangereux. La plupart de ces sorciers déguisés en guérisseurs, qui sont censés éliminer toutes sortes de maladies, ne sont autres que des lanceurs de mauvais sorts. Ces fossoyeurs tristement célèbres sont personnellement le spectre de ces épidémies et pandémies du siècle, qu’ils prétendent soigner et guérir.

La sorcellerie et la magie noire, même si elles font miroiter aux naïfs des richesses éphémères et un paradis incertain sur terre, ne sauraient assurer un bonheur durable quelconque à l’Homme. L’absence de transparence dans leurs pratiques ténébreuses, justifie par ailleurs le caractère négatif et destructeur de cette ‘science’ de l’invisible. Par conséquent, au vu de leurs agissements, leurs actes et les conséquences tristes y liées, au lieu d’encourager la recherche du développement et de la prospérité, les sorciers constituent le frein le plus redoutable du progrès dans nos familles, nos villages, nos villes, nos vies et nos nations. Pour réduire les élans néfastes de ces derniers, il faut donc rester vigilant, car l’ennemi ne dort jamais. D’ailleurs, on ne se fait pas goûter par un serpent pour tester son venin. Une autre maxime créole nous avertit : « lamo manké-w men li pa bliyé-w »[3] . Pour se mettre à l’abri des mauvaises surprises, nous devons dans un premier temps, utiliser la prévention, car « prévenir vaut mieux que guérir »…Ensuite nous avons tous intérêt à combattre et à condamner avec notre dernière énergie : la sorcellerie, terreur et horreur de tous les millénaires. Pour ce faire, trois éléments permettent d’agir et de réagir, à savoir : la lucidité, la raison et la foi. La lucidité nous oriente d’aller d’abord nous faire consulter par la médecine clinique, dès qu’on ressent une douleur quelconque au corps. Après avoir subi des diagnostics et des soins assidus au sein de plusieurs hôpitaux et/ou auprès de tradi-praticiens sans obtenir guérison, l’inquiétude s’installe. C’est ici que la raison nous amène parfois à croire qu’une maladie peut être incurable ou paranormale. Au vu des signes ou manifestations extraordi-naires observés, d’habitude la plupart des communautés africaines soupçonnent des attaques sorcières ou fétichistes. Quelques victimes vont jusqu’à dénoncer des suspects. A ce stade, le mode traditionnel de lutte contre la sorcellerie consiste à organiser des déballages ou des confessions publiques pour les coupables. A l’extrême, certaines dénonciations peuvent dégénérer en séances de justice populaire…

S’agissant du mode de répression judiciaire, et pour ne citer que le cas d’un pays africain engagé dans cette autre défense des droits de l’homme, le Code pénal camerounais condamne toute personne reconnue coupable de pratiques sorcières. Toutefois, rassembler des preuves palpables, c’est habituellement l’épreuve la plus délicate, du fait que les attaques relèvent surtout de l’invisible. Voilà pourquoi les sociétés qui pensent que Dieu existe, doivent sensibiliser en permanence leurs populations, en évitant de les faire sombrer dans la peur et la superstition. Elles doivent ériger une génération d’exorcistes capables de « chasser les démons », comme Jésus-Christ en confère le pouvoir à ses disciples dans les livres de : Marc 6 : 7 ; Matthieu 10 : 8 et Luc 9 : 1. A la limite, il faut même souvent provoquer le « retour à l’envoyeur ». Ainsi les sorciers pourraient comprendre à leur tour « qu’ils ne doivent pas toujours faire aux autres, tout ce mal qu’ils ne voudraient pas qu’on leur fit. » D’ailleurs ce ne serait pas la loi du talion, les Beti disent : « Timën’ nkplali a sëki nkplali »[4] , la vengeance est un plat qui se mange froid.

C’est dans ce dernier cadre de réplique qu’intervient la foi. Car « les armes avec lesquelles nous combattons [les mauvais esprits et les sorciers] ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses…et les raisonnements… » (Corinthiens 10 : 4). En effet, les armes spirituelles sont seules les plus efficaces pour briser, pulvériser et consumer les esprits diaboliques qui possèdent et que porte chaque sorcier.

Beaucoup de laïcs, certaines églises classiques et celles dites de réveil, sont de plus en plus conscients de cette situation catastrophique qui règne sur notre continent noir en général et particulièrement au Cameroun. C’est la raison pour laquelle, de nombreuses croisades de délivrance s’organisent ces derniers temps sur presque tous les cinq continents. Nous devons tous soutenir et nous engager fermement dans cette noble bataille spirituelle afin de stigmatiser le péché, et d’éliminer les agressions sorcières sur le peuple de Dieu. La paix, le progrès et le salut des victimes de la sorcellerie, sont à ce prix.
[1] « Il n’y a pas de fumée sans feu. Un malheur ne vient jamais seul. »

[2] « Si Dieu existe, d’où vient le mal ? S’Il n’existe pas, d’où vient le bien ? »

[3] Littéralement : « la mort t’a raté, mais ne t’a pas oublié. »

[4] Venger ne signifie point offenser.
   Commentaires
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
hella75  26-03-2011   /18:49:52 | sorcellerie blanche, sorcellerie noire
Il faut distinguer deux sorcelleries: sorcellerie blanche et sorcellerie noire. la sorcellerie blanche, c'est la bible ou d'autres pratiques pour propager le bien sur terre. Tandis que la sorcellerie noire concerne tout ce qui est malfaisant, le mal pour le mal. Il faut savoir que être une personne haineuse fait de toi une sorcière au sens négatif du terme. Tout comme on peut aussi un sorcier du bien. Pourquoi l'expression Sorcier blanc ? Le médecin de l'hôpital est bien un sorcier blanc. En d'autres termes, il s'agit d'une personne qui n'apporte que des connaissances pour apporter et transmettre son savoir sans nuire en aucune façon à autrui.
 
MENTIONS, COPYRIGHTS
Ecrit par Celestin NKOU NKOU pour le Mouvement Nkul Beti
© NKOU NKOU Célestin
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
Le peuple ekang
Le peuple ekang se retrouve aujourd’hui au Cameroun, au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo, à Sao-Tomé et Principe, en Angola et dans la diaspora. « On parle d’environ 12 à 14 millions d’hommes et de femmes unis par une histoire, un parlé différent d’une langue la nuance est nécessaire ici, une cuisine, des us et coutumes qui leur sont propres et les différentient des autres peuples bantou. »
12-05-2013
Bonne fête maman
TOP VIDEO
Récit Mvett ALUM NDONG MINKO du maître-conteur MVOMO EKO BIKORO
NOS PARTENAIRES

按揭計算機| 買樓| 上車盤| 搵樓| 屋苑| 樓盤| 地產| 租樓| 租盤| 二手樓| 新盤| 一手樓| 豪宅| 校網| 放盤| 樓價| 成交| 居屋| 貝沙灣| 美孚新邨| 嘉湖山莊| 太古城| 日出康城| 九龍站 | 沙田第一城| 西半山 樓盤| 樓市走勢| 青衣| 西貢 樓盤| 荃灣 樓盤| Grand Austin出售的樓盤

推荐一个卖雪茄的网站| 雪茄网购| 雪茄哪里买| 雪茄| 哈瓦那雪茄| 雪茄网| 雪茄专卖| 雪茄价格| 雪茄烟网购| 雪茄专卖网| 雪茄专卖店| 网上哪里可以买雪茄| 买雪茄去哪个网站| 雪茄怎么抽| 雪茄烟| 雪茄吧| 陈年雪茄| 限量版雪茄| 大卫杜夫雪茄| 保利华雪茄| 古巴雪茄品牌| 古巴雪茄价格| 古巴雪茄| 古巴雪茄多少钱一只| 古巴雪茄专卖网| 烟斗烟丝| 烟丝| 小雪茄| 金特罗雪茄| 帕特加斯d4 | 蒙特雪茄| 罗密欧朱丽叶雪茄|

噴畫| banner| banner 價錢| Backdrop| Backdrop 價錢| 易拉架| 易拉架 價錢| 橫額| 印刷| 橫額印刷| 印刷 報價| 貼紙| 貼紙印刷| 宣傳單張| 宣傳單張印刷| 展覽攤位| 書刊 印刷| Bannershop| Ebanner| Eprint| 印刷 黃店| 印刷公司| 咭片| 海報| 攤位| pvc板| 易拉架設計| 海報印刷| 展板| 禮封| 易拉架尺寸| foamboard| pvc| printer| label| print shop| poster| business card| postcard| print services| printing company| name card| hk print| hong kong printing| Leaflet| Printing|

邮件营销| Spread| Email Marketing 電郵推廣|

wms| vending machine| barcode scanner| QR code scanner| SME IT| it solution| rfid tag| rfid| rfid reader| it outsourcing| printing labels| IRLS| IT Support| system integration| software development| inventory management system| label printing| digital labelling| barcode label| Self Service Kiosk| Kiosk| Voice Picking|

Tomtop| Andoer| LEMFO| Anet A8| Xiaomi Roborock S50| Xiaomi M365 Scooter| MXQ PRO| MJX Bugs 5W| Hohem Isteady Pro| Hubsan H501s X4| Anet A6| Dobby Drone| ILIFE V7s| Creality Ender-3| Hubsan H501s| Hohem Gimbal| Trumpy Bear| Amazfit Bip| Hubsan H501s| Vernee T3 Pro| DJI Mavic Air| Anet A8 3d Printer Review| Populele| SONOFF| Homekit| JJPRO X5| LEMFO LEM7| Anet| Koogeek| Hubsan Drone| Wltoys| Feiyu| Zeblaze| Lixada|

electric bike| best electric bike| electric bikes for adults| e bike| pedal assist bike| electric bikes for sale| electric bike shop| electric tricycle| folding electric bike| mid drive electric bike| electric bike review| electric fat bike| fat tire electric bike| electric bicycle|