MOUVEMENT NKUL BETI
Mobilisation
Le report du comice agropastoral - Nous applaudissons cet exploit subit
Source, auteur, copyright
© Maurice Ze
Le comice attendu depuis 22 ans a été une fois de plus reporté. Cette fois-ci on parle de janvier 2011 comme nouvelle date de ce rendez-vous agropastoral.
     Date de publication: 17-12-2010   01:35:03
Nous voilà donc en fin d’année 2010 et nous avons la confirmation que le comice prévu à Ebolowa n’aura plus lieu cette année. Nous l’avons dit, ce n’est pas acceptable qu’un comice qui concerne les ekang soit géré de la sorte. Nous avons contribué avec notre modeste contribution au boycottage de cet événement. Naturellement que notre message de contestation écrit par Vincent Fouda n’a joué aucun rôle essentiel au report de ce comice, mais notre action n’est pas restée sans conséquence. Ils sont nombreux qui ont déjà lu ce message. Je suis en plus persuadé que toute personne avec un brin d’estime pour le sud viendra rejoindre notre position concernant cet événement.

« Bonjour cher frère. Nous les Betis sommes inactifs. Pendant que les autres groupes ethniques agissent effectivement sur le terrain, nous passons notre temps à nous opposer les uns contre les autres. Le comice est une tribune du monde agro-pastoral, un moyen pour réfléchir sur les maux du monde rural. Pourquoi demandez-vous le boycotte? La diaspora beti ne fait que critiquer quand les bamilékés et les nordistes participent au développement et à l'essor de leur peuple à travers la construction des écoles, hôpitaux, foyers culturels et autres. Chers frères BETIS réveillons-nous ! LE TIGRE NE PARLE PAS DE SAS TIGRITUDE. IL AGIT. »

Ce message d’un frère que j’ai reçu quelques jours avant le report du comice agropastoral montre que certaines personnes ne comprennent pas vraiment notre motivation contre un comice qui était déjà programmé à échouer. Naturellement que nous combattons pour être plus actifs, naturellement que nous déployons tous nos efforts pour ne pas être opposés les uns contre les autres, cessons de croire que le peuple est idiot dans ce monde d’aujourd’hui. Cessons aussi de croire que la diaspora critique seulement sans faire des propositions. Dans le cas du Mouvement Nkul Beti nous critiquons et nous déposons au même moment des propositions concrètes sur table.

Si jamais on a participé au boycottage du comice, c’est pour des raisons que tout le monde est censé connaître. Pour revenir sur ces raisons, il faudrait être en mesure de comprendre le but d’un comice agropastoral. Pourquoi organisons-nous un comice agropastorale ? Cette question, qui apparemment semble facile à répondre, a causé de grandes difficultés à l’élite du sud comme Charles Ateba Eyene les appelle. Et le résultat est visible aujourd’hui. L’événement a été reporté et nous ne sommes mêmes pas certains qu’en janvier 2011 le sud mangera enfin ce gâteau qui s’est perdu sur le chemin de l’organisation depuis des décennies déjà.

Cessons de critiquer et démontrons que c’est faux le chemin pris par le « pays organisateur ». Pour le faire je vais me comporter comme un vrai patriote local, un enfant boulou qui veut du bien pour sa région :
1
Echec : Ce qu’un comice agropastoral à ebolowa ne devrait pas être
1. Vincent Fouda dans son message de contestation écrit « Le comice agro-pastoral n’aura finalement pas lieu du moins, dans son essence et tout au plus, des paysans d’un nouveau style, en veste et cravate, roulant en gros carrosse vont envahir la petite bourgade d’Ebolowa comme annoncé pour fêter 29 ans d’amateurisme et de cécité politique devant le monde paysan, le vrai, médusé voire incrédule ». Ce texte de Vincent très sarcastique nous amène aussi à réfléchir afin de comprendre que le comice n’est pas un endroit du show-down politique et il n’est non plus l’occasion pour certains de célébrer leurs richesses, ce qu’on appelle aujourd’hui les « biens mal acquis ».

2. Le comice agropastoral n’est pas l’occasion de battre une compagne politique. Les présidentielles approchent, on ne devrait pas abuser du monde agricole pour des fins politiques.

3. Le comice agropastoral n’est pas l’occasion pour pouvoir s’infiltrer dans la hiérarchie du RDPC. Ce n’est pas le moment pour certains de faire une carrière politique.

4. Le comice agropastoral n’est pas un événement de l’élite du sud, cette élite qui ne s’est jamais manifestée pour résoudre les problèmes de cette région.

5. Le comice agropastoral ne doit pas être un événement précipité. Il ne doit non plus être non planifié.
2
Réussite : Ce qu’un comice agropastoral à ebolowa devrait être
1. Le comice agropastoral est d’abord un grand rendez-vous du monde agricole, une grande fête pendant laquelle les paysans de la région se retrouvent ensemble pour fêter, faire du commerce, présenter leurs produits, trouver des partenaires, signer des accords de coopération. C’est un moment de gaieté pour toute la région. Les paysans doivent avoir la possibilité de se préparer à cet événement à l’aide des subventions de l’état. Ses subventions leurs permettent de mieux s’organiser en avance en créant par exemple de nouveaux champs, en pratiquant un stockage efficace des produits, en augmentant la productivité de leurs efforts etc.

2. Le comice agropastoral se prépare, s’organise et propose des perspectives à long terme pour toute la région. Il est question d’agir intelligemment afin que toute la région profite de ce qui restera après l’événement. Je parle ici des mesures qui seront appliquées après cet événement pour que cette région s’autonomise une fois pour toute.

3. Le comice agropastoral est un moteur d’emplois pendant les préparatifs et après l’événement. La jeunesse de la région et des alentours qui vit sans emplois doit bénéficier de ce rendez-vous agricole pour être embauchée. C’est vrai qu’on ne peut pas créer de l’emploi pour tout le monde, mais c’est important d’intégrer un programme d’emplois dans l’organisation d’un événement de cette envergure.

4. Le comice agropastoral est un moyen pour la région concernée de s’approprier des infrastructures. Nous tous connaissons la situation lamentable des infrastructures dans le sud, le comice est alors une occasion propice pour mettre en œuvre un vaste programme d’assainissement (la construction des routes durables, la construction des ponts, l’électrification, l’eau potable, la construction des hôtels etc.)

5. Le comice agropastoral doit être le promoteur de l’entreprenariat local. Les forces locales doivent bénéficier des marchés de constructions et des services liés à cet événement. Il est même conseillé de favoriser d’abord les autochtones de cette région. Et comme chez les beti il n’existe pratiquement pas d’entrepreneur, c’est l’occasion idéale de faire naître une nouvelle classe de personnes aptes à pratiquer du business.

6. Le comice agropastoral est l’occasion en or pour sortir uni après cet événement. Si aujourd’hui le Mouvement Nkul Beti utilise Internet pour préserver l’unification du peuple ekang, un rendez-vous comme le comice peut apporter une contribution très considérable pour cette unification. Mes frères et sœurs boulou devraient saisir ce moment unique pour entamer le processus de réconciliation. C’est important pas seulement pour les boulou mais aussi pour tous les ekang du Cameroun. L’élite du sud est appelée à réagir avec sagesse pour donner espoir à la jeunesse.
En conclusion, je ne crois pas qu’on parlera d’un comice agropastoral réussi en janvier 2011. Les aspects qui viennent d’être cités nous montrent qu’une organisation précipitée et sans racine n’aura presque pas d’impact sur la région du sud. On va vivre le comice pendant quelques jours et on l’oubliera aussitôt l’événement terminé.
   Commentaires
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
Autres Liens Internet
1.  Télécharger cet article
MENTIONS, COPYRIGHTS
© Maurice Ze
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
Le peuple ekang
Le peuple ekang se retrouve aujourd’hui au Cameroun, au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo, à Sao-Tomé et Principe, en Angola et dans la diaspora. « On parle d’environ 12 à 14 millions d’hommes et de femmes unis par une histoire, un parlé différent d’une langue la nuance est nécessaire ici, une cuisine, des us et coutumes qui leur sont propres et les différentient des autres peuples bantou. »
TOP VIDEO
Récit Mvett ALUM NDONG MINKO du maître-conteur MVOMO EKO BIKORO
NOS PARTENAIRES