MOUVEMENT NKUL BETI
Tribune libre
Charles Ateba Eyene, à toi le militant du RDPC dont la fougue aura irradie le Cameroun de ses dernières années !!!
Source, auteur, copyright
@Adrien Macaire Lemdja - LCCLC/Facebook
Aucun autre décès au Cameroun n’aura fait couler autant d’encre ni engendré autant d’inflation de posts dans notre forum. Cela témoigne sans doute d’une personnalité qui avait déjà épousé notre paysage sociétal et surtout cathodique.
     Date de publication: 22-02-2014   01:03:27
Oui Charles, ton départ précipité et inattendu à notre goût suscitera autant de regrets sincères que de larmes de crocodile. En effet, ton franc-parler avait tétanisé plus d’un de tes camarades de parti, habitué à la langue de bois, à une certaine idée de la discipline du parti voire à une pensée unique révolue dans une société en pleine mutation comme la nôtre.

Que ne diront-ils pas dans leurs déclarations funèbres ? Dans l’au-delà et sur le chemin qui te mène en ce moment dans ton shéol, tu seras surpris par la teneur de leurs différentes oraisons funèbres, des lauriers qu’ils tresseront à ton endroit. Les mêmes qui te brocardaient hier de ton vivant, qui préconisaient ton internement au centre Jamot pour folie revendiqueront demain ton héritage.

Nous n’étions pas d’accord sur tous les points mais force est de reconnaître que tu avais des convictions et surtout que tu incarnais, par le courage de tes opinions, le militantisme dont se prévalaient les premiers cadres des deux partis ancêtres l’UC et l’UNC du tien le RDPC. Un militantisme dépouillé des oripeaux d’orgies alimentaires et de beuveries, d’un bénouisme cher aux laudateurs, thuriféraires, mus davantage par leurs intérêts personnels que par ceux de votre parti et encore moins du pays qu’ils prétendent servir.

Oui un militantisme qui n’exclut pas la critique, l’autocritique car esprit sain, tu savais sans doute que la critique est le génie de la perfection. Dommage que les tiens ne le percevaient pas ainsi et te considéraient comme un aigri.

Tu t’en es allé, ton corps avec mais ton esprit planera encore longtemps dans le paysage et inspira sans doute, nous l’espérons, les plus jeunes en manque de repères et de références.

On (le destin ou le sort) aurait voulu couper l’herbe sous les pieds de cette jeunesse qui revendique sa place dans la gouvernance de notre pays que l’on ne se serait pas pris autrement. Le Seigneur ne ferme jamais complètement ses portes. Il n’abandonne jamais ses enfants. Il saura entrevoir d’autres pour ta famille éplorée à qui nous adressons nos sincères condoléances, à tes enfants orphelins aujourd’hui, avec la ferme conviction que ton passage assez éphémère sur cette terre camerounaise suscitera des générations spontanées de Charles Ateba Yene.

CE N’EST QU’UN AU REVOIR C.A.E. CHAPEAU L’ARTISTE. TU NOUS AS EU AU MOMENT OU NOUS NE NOUS Y ATTENDONS PAS.
   Commentaires
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
@Adrien Macaire Lemdja - LCCLC/Facebook
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
Le peuple ekang
Le peuple ekang se retrouve aujourd’hui au Cameroun, au Gabon, en Guinée Equatoriale, au Congo, à Sao-Tomé et Principe, en Angola et dans la diaspora. « On parle d’environ 12 à 14 millions d’hommes et de femmes unis par une histoire, un parlé différent d’une langue la nuance est nécessaire ici, une cuisine, des us et coutumes qui leur sont propres et les différentient des autres peuples bantou. »
12-05-2013
Bonne fête maman
TOP VIDEO
Récit Mvett ALUM NDONG MINKO du maître-conteur MVOMO EKO BIKORO
NOS PARTENAIRES

Warning: mysql_free_result() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/qwlipmay/nkul-beti-camer.com/ekang-global-revue.php on line 3125

Warning: mysql_free_result() expects parameter 1 to be resource, null given in /home/qwlipmay/nkul-beti-camer.com/ekang-global-revue.php on line 3129